Les Inrockuptibles n°899

"Tout le monde pensait que mon idée était folle"

 

Björk débarque en France pour cinq représentations de Biophilia. "Un peu comme mon opéra", prévient l’Islandaise. Le projet Biophilia (un album, des applications, des programmes éducatifs, du live) tourne depuis 2011.

Les Inrocks : Qu’est-ce qui est le plus compliqué ?

Björk : L’aspect financier. Le financement repose sur les épaules de mon manager Derek et sur les miennes. C’est la première fois que je travaille comme ça. Tout le monde pensait que mon idée était folle. La vente de musique a tellement changé, avec cette question de "la baise à la maison tue la prostitution". Ce projet m’a beaucoup appris. Je me dis que je suis une vieille punk, et le do it yourself me convient. mais la prochaine fois, je préfèrerais ne pas m’occuper de tout. Je vais connaitre par coeur les rouages du XXIème siècle, et j’espère que je pourrai me retirer en un lieu fertile pour composer de la musique

2012 a été une année difficile pour toi : tu as dû annuler une partie de tes concerts à cause des problèmes de nodules sur les cordes vocales.

Oui, 2012 a été dure mais c’es aussi l’année de la solution : je me suis fait retirer ce nodule. Je me suis battue pendant sept ans contre ça et j’en suis maintenant libérée.

Est-ce que le show de Biophilia a évolué depuis son lancement en 2011 à Manchester ?

C’est le spectacle le plus scénographié que j’aie jamais créé, un peu comme mon opéra, si je devais en faire un… Sur la forme c’est moins souple qu’un concert normal. À Paris, il y aura les instruments géants, sauf le sharpsichord (sorte de boite à musique de trois mètre de haut - ndlr). Et il y aura l’incroyable pianiste Jónas Sen, qui jouera au clavecin des versions spécialement préparées de mes anciennes chansons.

Tu as lancé il y a peu une souscription via Kickstarter pour financer le développement des applications éducatives de Biophilia sur Android et Windows 8. Pour un montant de 400000 € ! Puis tu as annulé la souscription. Que s’est-il passé ?

Ce montant était incroyablement élevé, simplement pour reprogrammer quelque chose qui existait déjà ! Depuis, nous avons reçu une offre de programmateurs qui peuvent le faire pour vingt fois moins cher. Donc nous avons annulé le truc Kickstarter. mais quelque chose de bien en est sorti. Tout ça va très vite…

Tu avais d’abord lancé l’album Biophilia sous la forme d’applications pour iPad. C’est un succès ?

Oui et non. Je n’avais pas vraiment d’objectifs.

Le projet Biophilia est une odyssée. Il a changé ta vie ?

J’imagine que oui, mais comme beaucoup de choses, tous mes albums ont changé ma vie.

Ce projet aura une fin ?

Les programmes éducatifs vont continuer, plein d’écoles les utilisent. Mais les concerts s’arrêteront l’été prochain.

Est-ce que tu penses à la suite ?

Je préfère rester dans l’ombre au début d’un nouveau projet. Ne pas le présenter, attendre le plus longtemps possible pour en parler. On verra plus tard…

Après ce projet long et complexe, pourrais-tu revenir à la simplicité d’un enregistrement et d’une sortie de disque ?

Totalement.

Est-ce que le CD est mort ?

Non.

Stéphane Deschamps

publié dans Les Inrockuptibles n°899 - 20.02.2013

En lien avec...

 
 

Articles de la même année

 

2013

date
publication
titre
20.02.2013
Libération
20.02.2013
Les Inrockuptibles n°899
19.05.2013
sfchronicle.com
20.07.2013
Voices - Sun-Times Blog
31.08.2013
theguardian.com
04.09.2013
London Evening Standard
04.09.2013
The Guardian
04.09.2013
The Telegraph