Le Monde

Björk soigne ses blessures amoureuses

Petit accident industriel de ce début d’année, Vulnicura, le neuvième album studio de Björk, dont la parution était prévue le 20 mars, est sorti dans la précipitation après que son contenu a fuité sur Internet. Distribué en exclusivité sur iTunes, avant une publication « physique » que son label One Little Indian réorganise en catastrophe, ce disque nous arrive sans prévenir. Ce qui n’est pas plus mal.

Depuis plusieurs années, la chanteuse islandaise a, en effet, tendance à accompagner ses enregistrements d’une panoplie de concepts et gadgets, qui, au lieu d’enrichir ses compositions, finissent par les parasiter. Ou à en camoufler les points faibles. Dernier exemple en date, son album Biophilia (2011) et sa cohorte de trouvailles multimédia peinaient à cacher la froideur émotionnelle et la pauvreté mélodique des chansons.

La relation de Björk avec l’artiste contemporain Matthew Barney, depuis le début des années 2000, avait peut-être amplifié cette tendance à la sophistication dialectique de ses créations. Sans y avoir été trop préparé, on découvre que sa séparation avec le peintre-vidéaste-sculpteur-photographe américain a, cette fois, nourri l’inspiration de Vulnicura.

Impact viscéral des émotions

Grand classique thématique, le « breakup album » a généré quelques chef-d’œuvres de l’histoire de la pop : Blue, de Joni Mitchell, Blood on the Tracks, de Bob Dylan, The Boatman’s Call, de Nick Cave, 808’s & Heartbreak, de Kanye West, For Emma, Forever Ago, de Bon Iver…

Ce disque est-il destiné à ce Panthéon ? Cette rupture a, en tout cas, le mérite de reconnecter la madone de l’avant-garde avec la réalité des relations humaines, avec l’impact viscéral des émotions. Album étymologiquement thérapeutique – du latin « vulnus », « blessure » et « cura », « soin » –, Vulnicura voit, en effet, l’Islandaise décrypter cet échec amoureux avec la précision d’une anthropologue autant qu’avec la passion d’une femme meurtrie.

Processus de guérison

Les morceaux se présentent ainsi sous la forme d’un récit chronologique, de 11 mois avant à 9 mois après cette séparation. En terme d’écriture, ce processus de guérison peut donner des résultats saisissants, à l’image de History of Touches, où Björk ressent en un instant tous les contacts physiques qui ont rythmé leur vie amoureuse.

Psychologiques, autant que sentimentaux et charnels, ces textes ne signent pas pour autant un retour de la chanteuse à un format traditionnel. Peu de titres consoleront ici les nostalgiques de Human Behaviour, All Is Full of Love, Bachelorette, Isobel, Play Dead ou Hidden Place, quand l’Islandaise n’opposait pas audace formelle et art du couplet-refrain.

Sons visionnaires

Le début de Vulnicura laisse pourtant croire à une accessibilité presque retrouvée. Dans Stonemilker, puis Lionsong, les incantations de la soprano s’accompagnent d’orchestrations de cordes quasi romantiques. Perçant sous ce flot voluptueux, une électronique indocile perturbe la mélancolie de stries acides et de perturbante arythmie.

Si un orchestre islandais se charge des violons, c’est un jeune Vénézuélien, Alejandro Ghersi, qui pilote les machines. Sous le nom d’Arca, il s’est taillé une réputation de producteur de pointe aux côtés de Kanye West et de FKA Twigs. Il s’ajoute ainsi au tableau de chasse (Mark Bell, Timbaland, Matmos, Howie B…), d’une Björk toujours à l’affût de sons visionnaires. Cet alliage electro/acoustique rappelle celui d’un autre album de la dame, Vespertine (2001), disque intimiste, où se côtoyaient déjà arrangements pour orchestre de chambre et expérimentations robotiques.

Blues arctique

Mais celle qui, à partir du 8 mars, verra une vaste rétrospective de son œuvre musicale et visuelle présentée au MoMA de New York, extrêmise encore ce parti pris dans des morceaux dont la longueur (généralement, entre 6 et 10 minutes) ne facilite pas l’assimilation. D’abord caressantes, cordes et machines se font ensuite les métaphores stridentes et anguleuses de ce blues arctique.
Entre fascination (l’orientalisant Notget, l’intense humanité du chant et l’architecture de Black Lake) et migraines (les éprouvantes circonvolutions de Mouth Mantra, les échanges maniérés d’Atom Dance avec le vieux complice, Antony Hegarty), Vulnicura exigera une patience inversement proportionnelle au temps qu’il a fallu pour le faire fuiter.

Stéphane Davet

publié dans Le Monde - 29.01.2015

En lien avec...

 
 

Articles de la même année

 

2015

date
publication
titre
20.01.2015
Slant Magazine
20.01.2015
Press play ok
21.01.2015
Les Inrockuptibles n°999
22.01.2015
The Telegraph
22.01.2015
The Independent
22.01.2015
The New York Times
22.01.2015
Irish times
22.01.2015
TimeOut
22.01.2015
Pitchfork
22.01.2015
LA Times
22.01.2015
Standard
22.01.2015
The Quietus
22.01.2015
Clashmusic
22.01.2015
The Guardian
22.01.2015
NME
22.01.2015
Los Angeles Times
22.01.2015
The Atlantic
23.01.2015
Pitchfork
23.01.2015
musicOMH
23.01.2015
The Chicago Tribune
23.01.2015
Rolling Stone
23.01.2015
The New York Times
24.01.2015
ABC News
25.01.2015
lapresse.ca
26.01.2015
Slate
29.01.2015
Resident Advisor
30.01.2015
The New York Times
02.02.2015
thecreatorsproject.vice.com
02.02.2015
factmag.com
06.02.2015
The Reykjavik Grapevine
15.02.2015
The Guardian
19.02.2015
The gentlewoman
01.03.2015
Vogue Paris
01.03.2015
Monopol
03.03.2015
Dazed Digital, 2015
06.03.2015
Irish Times
09.03.2015
The New Yorker
12.03.2015
The Guardian
12.03.2015
Spex Magazine
15.03.2015
framestore.com
16.03.2015
Le Monde
16.03.2015
Juxtapoz
18.03.2015
Les Inrockuptibles n°1007
10.06.2015
Dazed & Confused, 2015
21.07.2015
Paris Match
29.10.2015
the arts desk
05.11.2015
musicOMH
09.11.2015
sinfinimusic.com
29.11.2015
Sunday Times Style