www.bjork.fr

Questions au Dr. Nicola Dibben

Le docteur Nicola Dibben est intervenue dans Biophilia.
Pour bjork.fr elle a accepté de répondre à quelques questions. Il vous suffit de cliquer sur la version que vous souhaitez lire pour afficher les questions et réponses du professeur.

VO - English

Personal Questions

What is your highest degree in Musicology and how many years of studies does it take to achieve it ? any specialization ?
Dr. Nicola Dibben : I have a doctorate in Music (PhD), which is the highest academic qualification in the UK. The PhD takes 3 years of full-time study, and prior to that I took a Masters degree in Psychology of Music (1 year full-time), and a Bachelors Degree in Music (3 Years full-time). I specialise in two areas of research : popular music studies and psychology of music. The psychology of music investigates how humans make music (perform/compose/improvise), acquire musical skills, and use music in daily life. I wrote a book on psychology of music with two colleagues : the book is called "Music and Mind in Everyday Life" (Oxford University Press, 2010).

Can you play any instrument ?
ND : Yes, I learnt the piano, classical singing, flute and harpsichord, but I play for fun at home now, not for other people.

On Biophilia

When have you been contacted by Björk to participate on the Biophilia Project ?
ND : I was first contacted two years ago to ask if I wanted to collaborate with Björk on her new project. Björk wanted to work with a musicologist because Biophilia has a specifically educational component. The reason she contacted me was because I had written a book about her music ("Björk" published by Equinox Press, 2009) and she liked the way I had represented her.[/quote]

What is your role in Biophilia ?
ND : As well as being an audio album Biophilia is a suite of apps, and these apps allow the user to explore a science-nature topic and a particular musical parameter. My role is to provide musical analyses which appear within the apps which talk about the inspirations behind the track, and what the connection is between the nature-science topic and the musical feature in each case, and also to try to bring together the different elements of the apps (songs, musical game/interactive app, scores, instruments, and so on). These analyses were written in collaboration with Björk.

I am also contributing to the Biophilia Music School - workshops with children being held during each of Björk’s residencies when she performs the live show. The workshops use the apps to teach the children and allow them to make new music, and the children also get to see and play the new instruments which Björk commissioned for this project.

Have you suggested any custom instrument to Björk ?
ND : No : these are all Björk’s ideas.

Did you participate to the actual process of writing lyrics or music ?
ND : No. The lyrics were all written by Björk and Sjón, and the music by Björk (with some other sound engineers and musicians).

What was your work to prepare the writings on Biophilia tracks ?
ND : I had already written a book about Björk’s music so I was very familiar with her compositional style, aims and interests. So I prepared for doing the writing by "researching" Biophilia : this meant spending a long time interviewing and talking to Björk about her ideas for the project, listening to and analysing the music (working out their harmonic and melodic structure, metric and rhythmic structures, use of timbre, etc), analysing the lyrics, learning about the new instruments she had invented by talking to the instrument makers, and talking to Jonas Sen who had made the musical transcriptions of Biophilia for the apps to get his views about the music too.

Are your writings based on general ideas and concepts or on the actual final lyrics and music ?
ND : The writing process has been very organic and has evolved with the rest of the project. When I started work on Biophilia Björk played me early versions of the tracks and we talked about her ideas for the apps. The apps hadn’t been created at that point. Then, as the versions of the songs for the apps were finalised and the apps themselves began to be made I was able to do detailed analysis.

Do you plan to write a more detailed book or essay on this project ?
ND : Possibly, but we’ll see what happens. This has been a very organic and spontaneous process.

Is it easier to document someone work with or without his help ?
ND : That’s a really interesting question ! In this case I was writing for a very specific purpose which changes things a bit : Björk wanted me to document the connections in her work between the music and the nature-science topic, so it was definitely easier having her guidance. It means that what you read in the apps includes a lot of Björk’s ideas for the project. And there are some things I just couldn’t have done or known without her input - for example, her inspirations, and sometimes, the connections she sees between things. But there are also insights which I brought to the project. That’s the fun thing about collaboration ! Maybe the disadvantage of working closely with the artist and documenting his or her work is that you can loose your critical distance. A good aim, as a colleague once told me, is that you try to be the best kind of "critical friend". There is also an ethical question : it is much better to have the involvement of the artist you are documenting so that he/she has the chance to participate and feel that they have been represented fairly, and so the research becomes a process of benefit to everyone involved. So, personally I think it is better to better to work with the person although in some ways it is more demanding !

On Biophilia Music School

The Biophilia Music School is basically for children . Is it opened to everybody though ?
ND : The Music School is Björk’s idea and is only for children. However, other people can experience some of the same things by attending the live shows and seeing the invented instruments in action, and by using the apps, which are what the kids are using to make and learn about music.

Would the experience be different if it was made for grown ups ?
ND : I don’t think the experience would be very different for adults. I think the way the Music School works is more dependent on the level of musical experience of the participants rather than their age.

Will you participate to the other Biophilia residencies ?
ND : It would be nice take part in the other residencies as well but I have a full-time job as a lecturer so I’ll have to see...

Traduction - FR

Questions personnelles

Q : Quel est votre plus haut diplôme en Musicologie et combien d’années d’études cela implique ? Une spécialisation ?
Dr. Nicola Dibben : J’ai un doctorat en Musicologie (PhD) qui est la qualification académique la plus haute en Angleterre. Ce doctorat nécessite 3 ans d’études et avant cela j’ai réalisé un master en Psychologie de la musique (1 an) et une licence en Musique qui s’obtient en 3 ans. Je suis spécialisée dans deux domaines de recherches : l’étude de la musique pop et en psychologie de la musique. La psychologie de la musique s’intéresse à la façon dont on la produit (joue, compose et improvise), de la façon dont on se perfectionne et dont on l’utilise dans la vie de tous les jours. J’ai écrit un livre sur la psychologie en Musique avec deux collègues, le livre s’appelle Music and Mind in Everyday Life (Oxford University Press, 2010).

Jouez-vous d’un instrument ?
ND : Oui j’ai appris le piano, le chant classique, la flute et le clavecin mais je joue pour le plaisir chez moi, pas pour un public.

Quand avez-vous été contactée par Björk pour participer au projet Biophilia ?
ND : J’ai été contactée il y a deux ans pour savoir si je voulais collaborer avec Björk sur son nouveau projet. Elle voulait travailler avec un musicologue parce que Biophilia à une composante éducative. Elle m’a contacté parce que j’avais écrit un livre sur sa musique ("Björk" publié par Equinox Press, 2009) et a apprécié la façon dont je l’ai représentée.

Au sujet de Biophilia

Quel est votre rôle dans Biophilia ?
ND : En plus d’être un album classique, Biophilia est aussi une collection d’applications qui permettent à l’utilisateur d’explorer les relations science-nature et en particulier un point musical. Mon rôle est d’écrire l’analyse musicale qui apparait dans les applications, qui parlent des inspirations de la chanson, des connections entre la nature et le point musical abordé dans chaque cas, mais aussi d’essayer de rassembler tous les éléments dans l’application (chansons, jeu musical/application interactive, partitions instruments etc...). Ces analyses ont été écrites avec la collaboration de Björk.

Je contribue également à la Biophilia Music School - des ateliers pour enfants qui ont lieu pendant les résidences de Biophilia quand il y a des concerts. Pendant ces ateliers les enfants utilisent les applications pour s’instruire et créer de la musique, ils ont aussi la possibilité de jouer des instruments commissionnés pour le projet.

Avez-vous suggéré à Björk un des instruments non conventionnel utilisés dans Biophilia ?
ND : Non, ils ont tous été dénichés ou imaginés par Björk

Avez-vous participé à l’écriture des paroles ou de la musique ?
ND : Non, toutes les paroles sont de Björk et Sjón, et la musique de Björk avec d’autres ingénieurs du son et musiciens.

Quel a été votre travail de préparation pour Biophilia ?
ND : J’ai déjà écrit un livre sur la musique de Björk donc j’étais très familière avec son style d’écriture, ses intentions et centres d’intérêt. Je me suis préparée en faisant des recherches sur le projet lui même : cela implique de passer beaucoup de temps à discuter avec Björk de ses idées pour ce projet, beaucoup d’écoute et d’analyse (établir les structure harmoniques, mélodiques et rythmiques, l’utilisation du timbre, etc), analyser les paroles, apprendre le fonctionnement des instruments commissionnés pour le projet en parlant avec les concepteurs des instruments et en parlant avec Jonas Sen, qui a retranscrit la musique de Biophilia pour les applications, pour avoir son point de vue.

Vos écrits sont basés sur des concepts généraux ou sur les paroles et musique ?
ND : Le processus d’écriture a été très organique et a évolué avec le reste du projet. Quand j’ai commencé à travailler sur Biophilia, Björk m’a fait écouter des versions démo des chansons et nous avons parlé de ses idées pour les applications. Elles n’avaient pas encore été créées à ce moment là. Puis avec la finalisation des chansons pour ces applications, vinrent les applications elles-même et j’ai pu faire une analyse détaillée.

Pensez-vous écrire un livre ou un essai plus fourni sur ce projet ?
ND : Peut-être, on verra comment évolue les choses. Tout cela c’est fait de façon spontanée et simple.

Est-ce plus simple de documenter le travail de quelqu’un avec ou sans son aide ?
ND : Dans ce projet j’écrivais avec un but précis ce qui change un peu les choses : Björk voulait que je documente les connexions dans son travail entre la musique, la nature et la science, c’était vraiment plus simple d’avoir une direction précise. Le texte des applications est en grande partie composé par les idées de Björk sur ce projet. Et il y a certaines choses que je n’aurais pas pu faire sans son implication - par exemple l’inspiration, ou les connexions qu’elle voit entre certaines choses. Enfin j’y ai aussi apporté beaucoup d’analyses. C’est l’intérêt de la collaboration ! Peut-être que l’inconvénient de travailler en étroite collaboration avec un musicien et documenter son travail est de perdre la distance nécessaire à une critique juste. Le but dans ces cas là est d’essayer de devenir le meilleur ami-critique. Il y a aussi une question d’éthique : il vaut mieux que l’artiste que vous documentez s’implique pour qu’il puisse donner son avis et sentir que vous le représentez de façon juste et qu’en définitive ces recherches deviennent un processus bénéfique pour tout le monde. Donc je pense qu’il est mieux de travailler avec la personne bien que cela soit plus exigeant.

Au sujet de la Biophilia Music School

La Biophilia Music School est destiné aux enfants mais est-ce ouvert à tout le monde ?
ND : L’école est une idée de Björk et se limite aux enfants. Cependant les autres personnes peuvent expérimenter à peu près la même chose en assistant aux concerts, en regardant les instruments en action et en utilisant les applications qui sont ce que les enfants utilisent pour apprendre et faire de la musique.

L’expérience serait-elle différente si elle avait été prévue pour des adultes ?
ND : Je ne pense pas. Je pense que la façon dont cela marche est plus dépendante du niveau de connaissance musicale des personnes plutôt que de leur âge.

Participerez-vous aux prochaines résidences de Biophilia ?
ND : Cela serait bien mais j’ai aussi un travail à plein temps comme conférencière donc je verrais bien...

Les deux livres (en anglais - liens amazon sponsorisés) qu’elle évoque dans ses réponses :

publié dans www.bjork.fr - 11.07.2011

En lien avec...

 
 
 

Articles de la même année

 

2011

date
publication
titre
17.03.2011
Dazed Digital, 2011
28.05.2011
guardian.co.uk
27.06.2011
slantmagazine.com
29.06.2011
Stereogum
29.06.2011
pitchfork.com
01.07.2011
orange.co.uk
02.07.2011
liberation.fr
04.07.2011
Le Monde
04.07.2011
Dazed & Confused n°200
07.07.2011
Wired (UK)
11.07.2011
www.bjork.fr
13.07.2011
BBC Radio 6
22.07.2011
Billboard
27.07.2011
NME
29.07.2011
drownedinsound.com
04.09.2011
Madame Figaro
14.09.2011
L’Express
15.09.2011
L’Obs
19.09.2011
Télérama n°3218
20.09.2011
Les Inrockuptibles n°824
20.09.2011
Rock & Folk n°530
23.09.2011
M Magazine
26.09.2011
M Magazine
27.09.2011
M Magazine
27.09.2011
The boston Phoenix
28.09.2011
M Magazine
28.09.2011
Electronic Beats
29.09.2011
bbc.co.uk
29.09.2011
M Magazine
29.09.2011
M Magazine
30.09.2011
M Magazine
30.09.2011
Wire
30.09.2011
Tribune de Genève
01.10.2011
Marvin (MX)
01.10.2011
Vibrations
01.10.2011
Têtu
01.10.2011
Björk
01.10.2011
What HI-FI ? Sound & Vision
03.10.2011
drownedinsound.com
04.10.2011
drownedinsound.com
05.10.2011
drownedinsound.com
05.10.2011
Entertainment Weekly
05.10.2011
BBC Music
05.10.2011
MusicWeek
06.10.2011
cycling’74 .com
06.10.2011
drownedinsound.com
06.10.2011
Libération
06.10.2011
Libération
06.10.2011
The Guardian
06.10.2011
musicOMH
06.10.2011
Prefix Magazine
07.10.2011
drownedinsound.com
07.10.2011
Independent.co.uk
07.10.2011
The Reykjavik Grapevine
07.10.2011
Mirror.co.uk
07.10.2011
toutelaculture.com
07.10.2011
irishtimes.com
07.10.2011
Consequence of Sound
08.10.2011
The Globe and Mail
08.10.2011
NME
09.10.2011
New York Post
09.10.2011
Journal du Dimanche
10.10.2011
AllMusic
10.10.2011
guardian.co.uk
10.10.2011
Mowno
10.10.2011
Le Monde
10.10.2011
Libération
10.10.2011
Financial Times
10.10.2011
Pop Matters
10.10.2011
Wearsthetrousers.com
12.10.2011
Wall Street Journal
12.10.2011
Les Inrockuptibles n°828
13.10.2011
Paris Match
13.10.2011
Pitchfork
13.10.2011
Rock & Folk
17.10.2011
LA Times
18.10.2011
LA Times
23.10.2011
Icelandair Info
26.10.2011
Les Inrockuptibles n°830
28.10.2011
Wall Street Journal
01.11.2011
Mojo
01.11.2011
Gay & Night
17.11.2011
Dazed & Confused, 2011
22.11.2011
The Economist (blog)
24.11.2011
F5 - Magazine Russe