Tri par année

 

Tags

 

Tri par album

 

concert

 

24.05.2019

Cornucopia en résidence à Mexico (màj 13/06)

Après New York, Cornucopia s’installe sur le continent américain à Mexico fin août. 3 nouveaux concerts viennent d’être annoncés au Parque Bicentenario les 17, 20 et 23 août 2019.

Une prévente est prévue les 28 et 29 mai sur Citibanamex avant la mise en vente publique le 30 mai sur Ticketmaster.

màj 13/06 : une date a été ajoutée le 27 août, prévente sur ticketmaster le 17 juin à 11h heure locale.

Toutes les infos sur la résidence Cornucopia

 
 
 

7.05.2019

Retour sur la première de Cornucopia

Durant un mois, Björk s’installe au nouveau centre culturel new yorkais The Shed pour une résidence de huit concerts. Retour sur la première date du 6 mai.

Hier soir avait lieu au McCourt la grande première de Cornucopia. Björk était accompagnée sur scène de Viibra, Katie Buckley, Manu Delago, Bergur Þórisson et d’une cinquantaine de choristes du Hamrahlid Choir.


Après par une longue introduction composée de Vísur Vatnsenda-Rósu, Sonnets/ Unrealities XI et Cosmogony, Björk est enfin apparue pour 19 titres dont, pour la toute première fois, Body Memory et Future Forever. Björk a également pioché dans ses anciens titres avec Show Me Forgiveness (Medúlla), une première depuis 2006, mais aussi Venus as a Boy (Debut) et Hidden Place (Vespertine). Fait plutôt rare : un invité « surprise » sur le titre Blissing Me avec la présence du chanteur serpentwithfeet.

À noter également de nouveaux visuels pour Arisen My Senses, Tabula Rasa et Losss, une roue de flûtes, deux nouvelles tenues signées Iris Van Herpen et Olivier Rousteing et un discours de la militante Greta Thunberg avant le rappel.

Revue de presse

A “thrilling, astonishingly beautiful musical and visual illustration of a world where people and nature cross pollinate in matriarchal society. Imagine Avatar as a plant based human mash up.” Rock NYC

Björk calls it digital theater, or a sci-fi pop concert. But it is also a way to get into her head. Which, at the moment, is focused on a feminine, feminist, hopeful alternative future ; the show is based around the music of her last album, “Utopia.” NY Times

Toutes les infos sur la résidence Cornucopia

photo : carltallent, agnesgrochulska, ombrenyc, sritazapatona

 
 
 

6.05.2019

Des places disponibles pour Cornucopia

Jour J pour Cornucopia ! Björk s’installe au Shed pendant un mois pour une résidence de huit concerts.

Pour certaines dates, une poignée de billets a été mise en vente dont la première de ce soir. Les toutes dernières places sont disponibles sur le site theshed.org.

Dernières infos sur Cornucopia

- Après la première résidence au centre culturel new yorkais The Shed, le projet pourrait faire l’objet d’une tournée mondiale.

- Aperçu de la scène lors des préparatifs. +++

- Une chambre réverbérante pour Cornucopia.
Cette installation laisse supposer un ou plusieurs passages de chant purement acoustique sans micro.

Voir cette publication sur Instagram

“ i have a reverb chamber on stage , i feel often when i warm up my voice, and my head starts resonating, that sonically inside our skull we have our own personal chapel, and in that way, the shape of my new reverb chamber, the ceiling in it is of that nature” @arupgroup’s acoustic designers created the reverberation chamber for Cornucopia . Working iteratively with Björk and her creative team, @arupgroup developed a form that achieves a lush and enveloping natural reverberation for the touring production .

Une publication partagée par Björk (@bjork) le

Toutes les infos sur la résidence Cornucopia

 
 
 

29.04.2019

Cornucopia s’installe à New York

Du 6 mai au 1er juin 2019, Björk s’installe au nouveau centre culturel new yorkais The Shed pour une résidence de huit concerts.

Le spectacle

Annoncé comme un concert performance et intitulé Cornucopia, en référence à la corne d’abondance, ce nouveau spectacle live est dans la lignée d’Utopia, une suite logique. D’une durée de 100 minutes, le show devrait associer musique acoustique et images virtuelles, avec de nouvelles vidéos, décors et chorégraphies.

À la lecture du projet, Cornucopia rappelle l’ambitieuse création théâtrale et musicale de Kate Bush : « Before the Dawn » jouée à Londres en 2014.

Björk le décrit comme son concert le plus élaboré. Les nouveauté notables sont la présence sur scène d’une chorale : The Hamrahlid Choir (le chœur de l’album Utopia) et d’une chambre réverbérante.

“ i have a reverb chamber on stage, i feel often when i warm up my voice, and my head starts resonating, that sonically inside our skull we have our own personal chapel, and in that way, the shape of my new reverb chamber, the ceiling in it is of that nature”
••••
Arup’s acoustic designers created the reverberation chamber for Cornucopia . Working iteratively with Björk and her creative team, Arup developed a form that achieves a lush and enveloping natural reverberation for the touring production .

Comme lors de la tournée Utopia, Björk est accompagnée sur scène de l’ensemble de flûtistes Viibra, de la harpiste Katie Buckley, du percussionniste Manu Delago et de Bergur Þórisson aux machines.

L’affiche

Réalisée par les collaborateurs de longue date M/M (Paris), elle intègre un nouvel avatar 3D conçu par Tobias Gremmler, responsable des effets visuels du show.

Le lieu

Inauguré le 5 avril dernier et situé à l’ouest de Manhattan, The Shed est un lieu culturel, mais aussi le nouvel emblème high-tech de la ville. La salle McCourt où se joue Cornucopia est recouverte d’une sorte de carapace d’acier montée sur roues, lorsque celle-ci est dépliée. Une fois fermée, McCourt redevient la Plaza, un parvis public en plein air.

Plus d’infos sur The Shed via un article de Libération

L’équipe

Au cours des derniers mois, la production du spectacle a connu des changements majeurs, dont l’arrivée de la réalisatrice argentine Lucrecia Martel en remplacement de John Tiffanny pour la mise en scène. La scénographe Chloe Lamford a été remplacée par Chiara Stephenson et en plus de Iris Van Herpen, Olivier Rousteing a récemment été annoncé à la conception des costumes.

Une résidence à guichet fermé

Les 1 250 places assises, vendues de 50$ à 300$ sur plusieurs vagues au mois de février, sont parties en quelques heures. Hormis une liste d’attente, aucun billet supplémentaire ne sera mis en vente.

Projet ambitieux et inédit, Cornucopia devrait - on l’espère - dessiner un nouvel horizon dans les riches paysages sonores de l’artiste.

Toutes les infos sur la résidence Cornucopia

 
 
 

12.03.2019

Debut et Vespertine revisités à la Cité de la Musique de Paris

Dans le cadre d’un week-end autour de la musique islandaise organisé par la Philharmonie de Paris du 8 au 10 novembre 2019, un concert hommage aux albums Debut et Vespertine est annoncé dans la grande salle de la Cité de la Musique.

Deux albums majeurs de Björk ouvrent à de palpitantes expériences : des activistes de la scène jazz britannique revisitent Vespertine en free style tandis que le très prospectif collectif s t a r g a z e se réapproprie Debut.

Le concert aura lieu le samedi 9 novembre 2019 à 20h30 et les billets seront en vente à partir du 16 mars à 13h sur le site philharmoniedeparis.fr

 
 
 

17.01.2019

Les dates de la résidence Cornucopia

Annoncée en novembre, la résidence Cornucopia s’étalera sur 8 concerts.

Björk se produira sur la scène The McCourt du nouveau centre culturel new yorkais The Shed du 6 mai au 1er Juin 2019 avec un spectacle d’1h40.

Les dates viennent d’être dévoilées :

- 6 mai 2019 à 19h
- 9 mai 2019 à 20h
- 12 mai 2019 à 19h
- 16 mai 2019 à 20h
- 22 mai 2019 à 19h
- 25 mai 2019 à 20h
- 28 mai 2019 à 19h
- 1er juin 2019 à 20h

Comment se procurer une place ?

La mise en vente des billets se fera en 3 temps en février :
- le 13 février en prévente pour les Shed Builders et Shed Makers (adhésion à partir de 100$)
- le 19 février en prévente pour les Shed Movers (adhésion à 10$)
- le 20 février en vente publique

Toute les infos sur la résidence Cornucopia

 
 
 

6.08.2018

Bilan de la tournée Utopia en Europe

Avant la probable future tournée sur le continent américain — on mise au moins sur le trio « Canada, États-unis, Mexique » — et en complément de notre retour, publié en juin dernier, sur le concert à We love Green, un bilan de la tournée européenne s’impose.

photo : Santiago Felipe

Des lieux atypiques
Quelques chiffres : neuf pays visités, environ 12 000 km parcourus (on vous épargne le bilan carbone ;-) ) avec une majorité de scènes extérieures, notamment dans des cadres grandioses : serres géantes en Angleterre, ruines de thermes romaines, ancienne carrière en Suède...

Par conséquent, un prix du billet qui s’envole, mais Björk et sa troupe se sont également produits à des prix plus accessibles dans de grands festivals, dont l’incontournable Primavera en Espagne, et We love Green en France, pour un cachet estimé à 225 000 euros selon La Croix.

Entre atmosphère onirique, surréaliste et mise en scène fantastique

Concert en Finlande

« J’aime faire comme si je venais d’une île futuriste »

Introduit par des chants d’oiseaux tropicaux, le concert est d’emblée captivant par son esthétisme et la qualité de la mise en scène : décor théâtral riche, féérique, au kitch assumé, et tout au long de la prestation des chorégraphies avec sept flûtistes.

photo : Santiago Felipe

À chaque soir, son nouveau masque, toujours créé par son complice James Merry et sur l’ensemble de la tournée, sept tenues portées dont une robe de Lana Dumitru & Vlad Tenu confectionnée à l’aide de 25 000 cristaux Swarovski.

Spécialement créées pour la tournée Utopia, la robe de Micol Ragni à Barcelone et, à Rome, une tenue Gucci adaptée d’un modèle existant, non sans évoquer la Commedia dell’arte.

photo : Santiago Felipe

À noter également à Florence, une exposition en collaboration avec la marque italienne de luxe.

- voir le sondage « vos tenues préférées » sur le forum

Une setlist resserrée et sans abus de nostalgie

Setlist Eden festival - photo : Santiago Felipe

« Björk n’est pas du genre à se reposer sur ses hits, préférant baser tout son spectacle sur ses flûtes et sa voix unique. Cela manque parfois un peu de rythme et de variété, mais l’ensemble n’en reste pas moins fascinant et forcément original. » +++
Une durée moyenne de 1h20, 14 à 16 titres joués par soir. Un répertoire global de 19 titres et, sans surprise, une majorité de chansons issue de l’album Utopia avec en ouverture Arisen my senses.

- voir les statistiques

Un concert hybride, avec les défauts de ses ambitions
Mêler musique, chant, souvent accompagnés de bandes sonores, spectacle visuel, chorégraphie, et paroles politique est un projet ambitieux. Les spectateurs connaissant le contenu des textes et appréciant l’album trouveront un univers fidèle aux thèmes développés dans Utopia, les autres seront probablement happés par l’esthétisme : les décors, les projections... Mais avec une première partie manquant de rythme, et trop peu de titres connus du grand public pour rééquilibrer, il peut en sortir une certaine frustration musicale. Malgré tout, le choix de concerts en extérieur, souvent dans des cadres exceptionnels, est pertinent : décors, lumières, sons ont une raisonnance particulière dans ces lieux. Nul doute que les fans seront convaincus, quant au grand public, il pourra se plonger dans l’atmosphère unique qui se dégage de la tournée Utopia. Enfin, il faut saluer la démarche rare et risquée, pour une artiste, de jouer la majorité de son nouvel album.

- tous les concerts

 
 
 

17.06.2018

Nouvelle date pour le concert annulé à Rome

Le 13 juin dernier le concert de la tournée Utopia à Rome a été annulé en raison des orages. Björk était venue sur scène expliquer au public la situation et préciser qu’une nouvelle date serait programmée.

Selon Just Music festival, le concert aura donc lieu le 30 juillet et sera le dernier de la tournée estivale.
Les billets du 13 juin restent valables pour cette date de remplacement, mais peuvent également être remboursés.

source : facebook

 
 
 

5.06.2018

Retour sur le concert de Björk à We love Green

Dimanche 3 juin, Björk était la tête d’affiche du festival parisien We love Green. Une 8e édition sous le soleil dont la parfaite organisation et le bon déroulement sont à souligner.

Deux jours intenses de musique clôturés par Björk et son groupe mêlant flûtes, percussions, harpe et machine, ont fusionné « technologie et primitivisme », selon Le Monde.

Björk à We love green, photo : monster m. / youtube

imagine a future, be in it / imaginer le futur et s’y installer

Après un texte introductif explicitant les thèmes de l’album et son engagement écologique et politique.

we have to imagine something that doesn’t exist
carve intentionally into the future
and demand space for hope
weave a matriarchal dome

Nous devons imaginer une chose qui n’existe pas
Sculpter obstinément le futur
Et exiger une place pour l’espoir
Tisser un dôme matriarcal 

Björk est apparue ornée d’un nouveau masque doré et d’une robe orchidée au décolleté plantureux. Elle a ouvert, sans surprise, le concert sur l’énergique Arisen my senses en s’appuyant sur des effets de boucles démultipliant sa voix.

Le masque doré de James Merry, photo : julielivepics / instagram

La setlist fit la part belle aux morceaux de son nouvel album Utopia, entrecoupés par des reprises de titres issus de cinq albums précédents, revisités et réarrangés par son nouveau groupe, dans le même ordre que celle jouée, quelques jours plus tôt, au Primavera. En effet, les deux festivals se sont associés pour rendre possible sa venue : « On s’est mis à plusieurs pour faire une offre commune sur tel ou tel artiste. (...) C’est comme ça qu’on a pu faire venir Björk. » explique Marie Sabot, l’organisatrice du festival.

Un spectacle visuel avant tout

D’emblée, le show est captivant par son esthétisme et la qualité de la mise en scène : décor théâtral riche et féérique en mouvement, fleurs en matières gonflables évoquant le sexe féminin éjaculant des paillettes, chorégraphies millimétrées opérées par sept flûtistes tout au long du concert.

Musiciennes du groupe Viibra, photo : Santiago Felipe

Chaque chanson est plongée dans un univers visuel : vidéos accélérées d’éclosion de fleurs, champs de blé frémissant dans le vent, apparition d’animaux mythologiques étonnants - faunes, insectoïdes -, tableau à l’aura spirituelle sur Tabula rasa, paysage néoromantique pour Features Creatures, avatar de Björk en images de synthèse, etc. L’ensemble a tout pour captiver l’attention du public et exciter les déclencheurs photographiques.

De l’enchantement à la déflagration sonique

Hormis deux titres phares, Human Behaviour et Isobel, « exécutés à la perfection et dans de nouveaux arrangements, qui ont provoqué le bonheur des spectateurs. » dixit Le Figaro, la musique aux mélodies arythmiques reste, malgré tout, difficile d’accès pour les non initiés. Toutefois, la magie semble opérer sur une partie du public : « De la grâce, de la fantaisie et un spectacle d’une poésie rare, sublimé par une voix aérienne, parfois chuchotée, parfois poussée à l’extrême. » décrit Les Echos.

Progressivement, les basses ultra puissantes, presque agressives - qui peuvent rappeler la radicalité du live de Lanark Artefax, l’un de ses récents collaborateurs - prennent de l’ampleur. Le trio de fin composé de Losss, Sue Me, Notget dont les basses martèlent encore les cerveaux des premiers rangs, viennent contraster ce monde rose bonbon écolo-utopiste et laisse le spectateur étourdi, KO debout selon le degré de réceptivité.

Une expérience à revivre dans une « vraie » salle ?

Esthétiquement et visuellement, la tournée Utopia est l’une des plus abouties et travaillées. Les décors, les costumes, construisent un ballet futuriste, mais l’exigence d’écoute mériterait une nouvelle date pour révéler toutes les subtilités musicales. « Défi technique autant que scénique, ce spectacle sensuel et méditatif, a priori plus adapté au cadre d’une salle fermée (...) qu’à un espace ouvert et en plein air, a néanmoins rempli toutes ses promesses. » conclut Libération.

Pour le journal italien Corriere della Sera, à la question de savoir si elle mettait son auditoire à rude épreuve, Björk répondait : « Je ne sais pas comment faire autrement. Si j’allais voir un concert d’une artiste que j’adore comme Kate Bush, j’aimerais vivre le présent et écouter la musique qu’elle écrit à l’heure actuelle. C’est une façon de rendre le concert plus précieux, réel, unique. Je ne veux pas que les spectateurs participent à une sorte de karaoké géant. »

En effet, c’est à une toute autre expérience qu’elle nous a menés, une invitation intime d’où l’on ressort étourdi et suffocant.

photo : i_am_gregg / instagram

- un bootleg audio est disponible sur la page du concert
- voir le sujet sur le forum

Best of Twitter

 
 
 

30.05.2018

Un concert annoncé en Finlande cet été


Une nouvelle date européenne vient s’ajouter à la tournée Utopia. Et c’est la Finlande qui accueillera la tournée en salle cette fois et non pour un festival.

Björk se produira à Helsinki le 17 juillet au Finlandia-talo.
La billetterie ouvre sur Ticketmaster le 4 juin avec des prix allant de 109 à 199 euros.

source : livenation

 
 
 

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 160