papermag.com

Björk’s Vision Quest

Version anglaise

Even over the phone from Björk’s cottage house in Reykjavik, visions of giant bears, swaying forests and gyrating landscapes are dancing in my head. I’m thinking of her first video, 1993’s "Human Behaviour," directed, with trippy childlike esprit, by Michel Gondry. There’s the epic "Joga" video, also by Gondry, in which the surrealism of Iceland’s landscape melts into bits of clunky 1997 computer renderings. Or 2007’s "Wanderlust," directed by New York’s Encyclopedia Pictura, a stereoscopic trip down a rippling CG river. This is the world I imagine Björk lives in.

In her newest video, for the riotous "Mutual Core," commissioned by MOCA in Los Angeles, which will premiere this month on MOCAtv, the art museum’s new YouTube channel — the young L.A.-based artist Andrew Thomas Huang offers more clues to her tempestuous relationship with the environment. He placed the Icelandic singer in the center of a primordial sandbox, like an Earth mother at play. At the climax, lava-spewing sprites — the result of four months of meticulous FX work with colorful hand-crafted puppets — are crumbling and crashing around her. It is, of course, a classic Björk love song, imagined, appropriately, as an acid-induced episode of Fraggle Rock. "To counteract distance / I know you gave it all / Offered me harmony / If things were done your way," she sings with honesty, handling each syllable like a knife. "You didn’t know I had it in me."

Björk has been a riot of surprises lately. Last year, she mounted a series of phenomenal performances for her album Biophilia, which featured a number of giant new instruments, including a singing Tesla coil and something called a "gravity harp." She also organized an educational program for local students at the New York Hall of Science in Queens, and corralled some of the world’s best coders to turn each song on the album into a set of mesmerizing smartphone apps. A remix record, with contributions from the Syrian crooner Omar Souleyman and the Sacramento bit-hop band Death Grips, among others, is out this month.

How did this new video come about ?
[MOCA’s] Jeffrey Deitch contacted me a while ago, and he suggested that we collaborate on this, and it sounded like a good idea. Because I’m an old punk, I’ve never done commercials or sponsoring or anything like this — I’ve been really strict with it — but with this, [Jeffrey] seemed to be helping us to make a music video. That sort of makes sense to me. It doesn’t feel like sponsoring.

How do you approach the relationship between the visuals and the music ? Do you have a picture in your mind when imagining a song like "Mutual Core" ?
Well, obviously music is where my heart is. But I feel through the years that visuals have helped me a lot to communicate music to people. It functions as a shortcut. Most people’s eyes are more mature than their ears. Some songs perhaps need a dozen listens to sink in. With a visual, it will sometimes take only one or two takes — as long as there is synchronicity between the two. If they are not connected, it will only confuse even more.

How do you clear your head amidst all the busyness of everything ?
Well, yeah, it’s tricky. I guess I try to sort of use the extremes. It’s almost like schizophrenia. It’s like I’m two different people. When I’m touring I sort of become this physical singing machine or something. And then I get kind of quiet, and when I’m at home I’m more off the grid.

I’m in Reykjavik right now. There are only 100,000 people, and I was born here, and for every street I have like five memories. All my family, all my friends live here, and since childhood it’s been a pretty easy place to just sort of go for your daily swim in the swimming pool and bump into your friends in a food store or go to the bar and see bands.

You spend a good deal of time in Brooklyn, too. How do you like living in New York ?
Of course, I enjoy it. But always in short spurts. When I was a teenager I was listening to Public Enemy nonstop, and stuff like that, and I would go to New York for four days and not sleep. And then I had a period during the ’90s when I partied quite a lot with the drag queen scene. I ended up doing those kind of hedonistic things when I was in New York, for some reason.

But then when it’s a question of living there full time, that’s something else. I moved upstate, half an hour drive up the river, so I lived there for seven years, right next to a park. And then me and my boyfriend got a boat and thought, OK, now we’re going to live on a boat, because that’s the way we’re going to work it out, how we’re going to be connected with the natural elements in the middle of this urban space. It was kind of fun for like three years and then we sort of...

Were you just docked in New York ?
We moored it off of Long Island City and then we actually sailed quite a lot, across the Atlantic once, sailed a few times to Guatemala. And now it’s the third stage. We sold the boat and now [we live in] Brooklyn Heights, but I’m only there from January to June, so I’m usually fine. It used to be I could only do it for just two weeks, but now I can do like two months. And then I really freak out.

Why do you freak out ?
Because, obviously there are a lot of concerts and a lot of cosmopolitan things ; you cannot do [it all]. I have to say I do prefer Brooklyn to Manhattan. It’s more like a European city. It reminds me of when I lived in London. It feels like a village, and you can walk around and you can actually see the sky. And I live on the roof, on the top floor, so that’s really helpful. So I think I’m getting better and better, but then I get half the year in Iceland.

What do you like to do when you’re in New York ?
I go to Other Music and Opening Ceremony — those are my guilty pleasures. I go more to bars than clubs. I’ll go to friends’ houses. It can also be complicated for me if I go out, because people recognize me, and I don’t really enjoy that so much, so I prefer to go to places where people sort of don’t know who I am.

Don’t you have a good way of disguising yourself when you go out ? Besides a swan outfit, of course.
[Laughs] No, I’d just rather not go to those places. Last February, I think, I went to SoHo, and I was kind of hung over. And then, in like five minutes, there were 50 paparazzi on bicycles following me around.

Do you look at YouTube for inspiration ? Are you on the Internet every day ?
It’s a bit of both. I will have periods where I cannot even look at my computer for a few weeks. I think my friends are used to me, I’ll just sort of disappear. And then I will find a reason to come fresh to it again. I mean, obviously it’s an amazing tool. It’s not like the Internet is evil or anything. And you find all these incredible things, and you do a bit of hunting and gathering. I Google pretty seriously, then I will have weeks where I’m off it. I’ll do both extremes, as usual.

Stills from "Mutual Core," Björk’s video for MOCAtv. The video premieres Tuesday, November 13, and you catch watch a teaser for it HERE.

Traduction française

Même par téléphone depuis la maison de Björk à Reykjavik, des visions d’ours géants, de forêts agitées et de paysages tournoyant dansent dans mon imagination. Je me rappelle de sa première video, « Human behaviour » en 93, tournée de façon naïve, un peu perchée et dirigée par Michel Gondry. Il y a la vidéo épique de « Joga », de Gondry aussi, dans laquelle le surréalisme des paysages Islandais est conjugué aux effets spéciaux encore bancals de 97. Ou encore « Wanderlust » en 2007, tournée sous l’égide d’Encyclopedia Pictura, une descente stéréoscopique et infographique le long d’une rivière déchainée. Pour moi, c’est ça le monde dans lequel vit Björk.

Dans sa nouvelle vidéo, pour le déchaîné « Mutual Core », commissionné par le MOCA de Los Angeles, qui sera dévoilé ce mois-ci sur MOCAtv, la nouvelle chaîne youtube du musée d’art – le jeune artiste de L.A. Andrew Thomas Huang offre plus d’indices quant à sa relation tumultueuse à l’environnement. Il place la chanteuse islandaise au centre d’un bac à sable originel, comme une mère Nature au travail. Au paroxysme de la chanson, des farfadets crachant de la lave – résultant de quatre mois de travail méticuleux sur des marionnettes faites à la main pour les effets spéciaux - tombent et se désintègrent autour d’elle. C’est bien sûr une chanson d’amour, somme toute classique pour Björk, imaginée, pourrait-on dire, à partir d’un épisode de Fraggle Rock sous acide. « Pour contrer la distance / je sais que tu as tout abandonné / m’a offert l’harmonie / si les choses allaient à ta façon », elle chante avec honnêteté, délivrant chaque syllabe avec précision et tranchant. « Tu ne savais pas que j’avais ça en moi ».

Björk a dévoilé une marée de surprises récemment. L’année dernière, elle a monté une série de performances phénoménales pour l’album Biophilia, avec un certain nombre d’instruments géants, dont une bobine de Tesla musicale et quelque chose s’apparentant à une « harpe à gravité ». Elle a aussi organisé un programme éducatif pour les élèves proches du New York Hall of Science dans le Queens, et rassemblé certains des meilleurs programmeurs au monde pour transformer chaque piste de l’album en une série d’épatantes applications pour smartphone . Un album de remixes, comportant les participations du crooner Syrien Omar Souleyman and du groupe de bit-hop de Sacramento Death Grips, entre autres, sort ce mois-ci.

Comment cette nouvelle video a-t-elle vu le jour ?
Jeffrey Deitch [du MOCA] m’a contacté y’a un moment et il m’a proposé de collaborer là-dessus. Ca avait l’air d’une bonne idée. Parce que je suis une vieille punk, je n’ai jamais fait de pub ou de sponsoring ou quoique ce soit du genre – j’ai toujours été très claire là-dessus – mais avec ça, [Jeffrey] avait plutôt l’air de nous aider à faire un clip. Ça m’a paru plutôt honnête. Je ne ressens pas ça comme du sponsoring.

Comment tu vois la relation entre les visuels et la musique ?
Est-ce que tu as une image en tête quand tu compose une chanson comme « mutual core » ? Bon bien entendu mon cœur est dédié à la musique. Mais avec les années je sens que les visuels m’ont beaucoup aidé pour communiquer avec les gens. C’est une sorte de raccourci. La plupart des gens ont le regard plus mature que leur ouïe. Certaines chansons ont peut être besoin d’une douzaine d’écoutes pour rentrer dedans. Avec un visuel, ça peut des fois ne prendre qu’un ou deux visionnages – tant que les deux se font écho. S’ils ne sont pas connectés, ça n’apporterait que plus de confusion.

Comment tu fais pour garder la tête froide au milieu de tout le business et tout ?
Bien, oui, c’est difficile. Je suppose que j’utilise les extrêmes. C’est un peu comme être schizophrène. C’est comme si j’étais deux personnes différentes. En tournée je suis cette espèce de machine à chanter. Puis je redeviens un peu calme, et quand je suis à la maison je suis déconnectée de tout

Je suis à Reykjavik en ce moment. Il y a juste 100000 personnes ici et c’est là que je suis née, et dans chaque rue j’ai genre 5 souvenirs. Toute ma famille, mes amis vivent ici, et depuis mon enfance ça a été un endroit plutôt tranquille pour aller à la piscine nager par exemple, ou croiser par hasard vos potes dans un resto, ou aller dans un bar et voir des concerts.

Vous passez un bon moment de l’année à Brooklyn aussi. Comment c’est de vivre à New York ?
Bien sûr j’en profite beaucoup. Mais toujours par petites escales. Ado, j’écoutais Public Enemy non-stop, ou d’autres trucs comme ça, et je pouvais aller à New York quatre jours et ne pas dormir. Puis j’ai eu une période dans les années 90 pendant laquelle je faisais souvent la fête avec la scène drag queen. J’ai fini par faire ces genres de trucs hédonistes quand j’étais à New York, pour je ne sais quelle raison.

Mais quand à vivre là-bas en permanence, c’est autre chose. J’ai déménagé au nord de l’état, à une demi-heure de route, et j’ai vécu là-bas sept ans, juste à côté d’un parc. Puis avec mon copain on a pris un bateau et on a pensé, OK, maintenant on va vivre sur un bateau, parce que c’est comme ça qu’on va gérer ça , comme ça on sera plus connecté avec les éléments au milieu de cette jungle urbaine. C’était assez marrant pour environ trois ans et puis on a…

Etiez-vous amarrés à New York ?
Nous l’avons amarré au large de Long Island City et en fait on naviguait pas mal : une fois on a traversé l’atlantique, plusieurs fois on a été jusqu’au Guatemala. Et maintenant c’est la troisième phase. On a vendu le bateau et on vit sur Brooklyn Heights, mais je ne suis là que de janvier à juin, donc en général ça va. Avant je ne pouvais rester que pour deux semaines, mais maintenant je peux rester 2 mois. Après je commence vraiment à flipper…

Pourquoi tu flippes ?
Parce qu’évidemment il y a plein de concerts, plein de trucs à faire, c’est cosmopolite et tout ; mais tu peux pas tout faire. Je dois dire que je préfère Brooklyn à Manhattan. C’est plus comme une ville d’Europe. Ca me rappelle quand je vivais à Londres. On se sent comme dans un village, tu peux te balader et tu peux vraiment voir le ciel. Et je vis sur les toits, au dernier étage, donc ça aide vraiment. Donc je pense que je m’améliore, mais je passe la moitié de l’année en Islande.

Qu’est-ce que tu aimes faire quand t’es à New-York ?
Je vais chez Other Music ou chez Opening Ceremony - ce sont mes plaisirs coupables. Je vais plus dans les bars qu’en club. Je vais chez des amis. Ca peut aussi être compliqué pour moi si je sors, car les gens me reconnaissent, et je n’aime pas vraiment ça, donc je préfère aller dans des endroits où les gens ne savent pas trop qui je suis.

Tu n’as pas un bon moyen de te déguiser quand tu sors ? Autre qu’un costume de cygne je veux dire.
[Elle rit] Non je préfère juste ne pas y aller. En février dernier, je suis sorti à SoHo et j’avais un peu la gueule de bois. Et puis en cinq minutes y’avait 50 paparazzis en vélo qui me suivaient partout.

Est-ce que tu regardes youtube pour t’inspirer ? Est-ce que tu es sur internet tous les jours ?
En fait ça dépend. Je vais avoir des périodes où je ne peux même pas m’approcher de mon ordinateur pendant quelques semaines, je vais juste disparaître en quelque sorte. Je pense que mes amis sont habitués. Et puis je vais trouver une raison pour m’y remettre de nouveau. ! Evidemment c’est un super outil. Internet n’est pas du genre démoniaque ou quoi. Et tu tombes sur plein de choses incroyables, et puis tu fais un peu de chasse et de récolte. Je google relativement sérieusement, puis je vais passer quelques temps hors de tout ça. Je vais faire les deux extrêmes, comme d’habitude.

merci sirlka pour la traduction

publié dans papermag.com - 12.11.2012

En lien avec...

 
 

Articles de la même année

 

2012

date
publication
titre
26.01.2012
Wall Street Journal
28.01.2012
V Magazine
05.02.2012
New York Post
09.02.2012
timesledger.com
26.02.2012
New York Magazine
27.02.2012
The New Yorker
03.05.2012
The Guardian
01.07.2012
Sciences et Avenir
02.07.2012
Lyonmag.com
09.07.2012
thesun.co.uk
09.07.2012
The Hollywood Reporter
08.08.2012
bjork.com
01.09.2012
Dazed & Confused, 2012
04.10.2012
NME
12.11.2012
papermag.com
12.11.2012
style.com
17.11.2012
NME
24.11.2012
The Arts Desk
26.11.2012
Libération