Biographie

Björk fait partie des rares artistes qui ont fait entrer l’avant-garde, les expérimentations sonores et visuelles dans les yeux et les oreilles du grand public. Björk a révélé Reykjavik sur la carte de la pop mondiale et ses origines islandaises ont également façonné sa carrière. Retour sur ses débuts.

Naissance de Björk

Björk est née le 21 novembre 1965 à Reykjavik, capitale de l’Islande. Fille de Hildur Rúna Hauksdóttir et de Guðmundur Gunnarsson. Son nom de famille Guðmundsdóttir signifie littéralement « fille de Gudmund », la tradition islandaise étant d’avoir en nom de famille le prénom du père suivi de « la fille ou le fils de ».

En français, Björk signifie « bouleau », un arbre considéré comme sacré aux temps des Vikings. C’est également le nom d’un signe runique qui veut dire « renaissance » ou « résurrection ». Björk se prononce comme le mot anglais « work », mais avec « Bj » en plus.

Je suis née avec le besoin de chanter. Pire encore, j’étais l’une de ces enfants dont on dit qu’il savent chanter avant de savoir parler. Björk

Enfance musicale

Björk grandit aux côtés de sa mère au sein d’une communauté hippie, où elle acquiert rapidement une grande liberté et une autonomie.

Mon grand-père maternel était quelqu’un de très autoritaire et sexiste. La réponse de ma mère à cette éducation a été de m’offrir toute la liberté qu’elle n’a jamais pu avoir. Elle me laissait faire tout ce que je voulais - et d’autant plus parce que j’étais une fille. Björk

Dès son plus jeune âge, elle baigne dans la musique et étudie au conservatoire le solfège, la flûte et le piano. Elle s’intéresse à la musique classique, au jazz et au folk.

Elle enregistre une reprise de la chanson Love to Love de Tina Charles. Après ce premier essai, Björk enregistre durant l’été 1977, avec l’aide de son oncle, son premier album à l’âge de 11 ans. Le disque, qui compile des reprises internationales et des chansons traditionnelles islandaises, est un succès et devient disque d’or en Islande. Avec cet argent, elle s’achète un piano pour composer ses propres chansons.

Les groupes de son adolescence

Après dix années d’études, Björk sort diplômée de l’école de musique à l’âge de 15 ans. Son adolescence est marquée par sa participation à de nombreux groupes locaux. Elle écume plusieurs formations, dont la plus marquante reste le groupe Tappi Tíkarrass (signifiant « botte le cul des putes »), qui publiera deux albums. Elle fonde également Spit and Snot, un groupe uniquement composé de jeunes femmes, où l’on peut la voir jouer de la batterie avec les cheveux orange et les sourcils rasés, ainsi que Exodus, un groupe influencé par le jazz.

De Kukl au Sugarcubes

En 1983, Ásmundur Jónsson de Gramm Records rassemble, pour une émission radio, les meilleurs membres des groupes islandais de l’époque. Après deux semaines d’écriture et de répétitions, le groupe se produit à la radio. Cette expérience les conduit à pérenniser le groupe qui devient Kukl (« Sorcellerie »).

Mélange de punk, jazz, rock et rythmes tribaux, Kukl tourne même en dehors d’Islande dans de petites salles en Angleterre et à Paris. C’est avec cette formation que la carrière de Björk commence à se dessiner.

De 1984 à 1986, Björk enregistre avec Gulli sous le nom The Elgar Sisters, 11 morceaux parmi Glóra, Siðasta Ég et Stigðu Mig.
L’année 1986 est faste pour la jeune Björk : de son union avec le guitariste Thor Eldon naît son premier enfant, Sindri.

1986 marque aussi la naissance du plus connu des groupes islandais de l’époque : les Sugarcubes ! Fondé par les anciens membres de Kukl, Sykurmolarnir (dans leur langue natale) est volontairement orienté vers la musique pop. Leur premier titre Ammæli (Birthday) est un franc succès. L’année d’après, une version anglaise est publiée sur le label One Little Indian et le titre est élu « Single de la semaine » par le célèbre magazine Melody Maker.

Devenu populaire, The Sugarcubes signe chez Elektra. Le groupe sort deux albums : Life’s Too Good en 1988 et Here Today, Tomorrow, Next Week ! en 1989 et part en tournée dans le monde entier.

C’était vraiment un hobby. On se saoulait tous les week-end en écrivant ces chansons pop bizarres, puis quand on en avait assez, on partait en vacances en tant que The Sugarcubes. Björk

En parallèle, Björk ne s’interdit pas quelques collaborations extérieures dont l’album Gling-Gló en 1990, composé principalement de reprises de jazz en islandais, puis elle enregistre deux chansons en 1991 avec 808 State, un groupe britannique pionnier de la musique house.

Début de sa carrière solo

La musique électronique suscite de plus en plus son intérêt et devient sa passion, puis l’idée de débuter une vraie carrière en solo fait son chemin. En 1992, la même année que la sortie du 3e et dernier album des Sugarcubes Stick Around Fo Joy, leur séparation est actée par un commun accord.

Je pense que l’une des raisons pour lesquelles mon album est comme je le voulais, c’est parce que je pouvais le faire dans mon coin sans que personne ne me pousse. Björk

En 1993, Björk s’installe à Londres pour y enregistrer son premier album solo Debut. Elle rencontre Nellee Hooper et de leur collaboration naît une première chanson Big Time Sensuality, mais c’est Human Behaviour qui est finalement choisi comme premier single. L’album se vend à 2 millions d’exemplaires dans le monde entier. Les producteurs et DJ s’intéressent à elle et sortent à la pelle remixes taillés pour le dancefloor.

La carrière solo de Björk est lancée.