26 octobre 2016

Journal de Montréal

Björk se confie

L’artiste islandaise, de passage à Montréal, a donné une conférence sur sa carrière

Artiste à la carrière très singulière, Björk a donné une conférence de deux heures devant une soixantaine de personnes, mercredi à Montréal, dans le cadre de la Red Bull
Music Academy. Le Journal était présent.

On peut dire que Björk se fait plutôt rare à Montréal, elle dont le dernier concert dans la métropole remonte à 2007. Son passage en ville cette semaine était donc très attendu.
Entre deux DJ sets au Cirque Éloize (elle y a joué mardi et mercredi soir), la musicienne s’est assise, mercredi midi au DHC/ART, durant deux longues heures avec les académiciens pour parler de sa carrière.

Cachée derrière un masque, Björk a généreusement répondu aux questions d’Emma Warren, une modératrice de la RBMA qui a aussi écrit pour The Guardian et NME.

Islande et environnement

Durant l’entretien, la musicienne a parlé de son travail comme DJ (« même si j’aime la spontanéité, je prépare beaucoup les chansons que je fais jouer »), de son Islande natale (« je me sens choyée de venir de là-bas, l’air n’est pas pollué et nous n’avons pas d’armée) et d’environnement (« si nous sommes capables de faire un iPhone 7, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas faire un monde totalement vert »).
À propos de son prochain album, sans en dévoiler les détails, Björk a souligné qu’elle avait déjà fini d’y enregistrer ses voix. L’artiste lancera aussi prochainement un livre avec les partitions de clavier de quelques-unes de ses chansons.

par RAPHAËL GENDRON-MARTIN publié dans Journal de Montréal