L’Obs

Les voies de Bjork

"Quelque chose en moi avait envie de quitter toute civilisation, revenir aux origines et chercher ce qui était advenu de l’âme humaine au fil du temps », explique l’artiste. « Que se passerait-il sans la civilisation, les religions, le patriotisme... Sans toutes ces choses, du moins certaines, qui font que le monde n’a peut-être pas pris la bonne direction ?."

Chaque création vécue comme un saut dans l’inconnu : Bjork ne cesse d’explorer le continent pop depuis ses débuts pour en extraire des sons singuliers, quitte à dérouter ceux qui la suivent dans ses cheminements. Avec son nouvel album « Medulla », essentiellement vocal, l’Islandaise n’échappe pas à son attirance pour l’expérimentation, avec tous les écueils que suppose cette approche.

Entre abandon à la puissance de la nature et repli sur l’intime, l’artiste a toujours dessiné à travers ses disques un univers immédiatement reconnaissable. Avec à l’aplomb des éléments sonores, une voix qu’elle module à sa guise pour en faire jaillir un chant riche d’onomatopées, de cris, halètements ou murmures.

Dans le sillage de la cérémonie d’ouverture des Jeux d’Athènes où, lors de l’interprétation d’un de ses nouveaux titres « Oceania », la musicienne avait recouvert de sa robe symboliquement universelle l’ensemble des athlètes réunis dans le stade olympique, « Medulla » suit plus que jamais cette voix, tout en en appelant d’autres.

Solo vocal -parfois a cappella- ou ensemble choral, l’humain, dans ses explosions et ses mystères, emprunte des voies expérimentales qui, par leur ambition même, risquent de désorienter, voire de rebuter. Car en repoussant ses frontières, Bjork a pris le pari de livrer un album paradoxalement dépourvu de sentiment et de chair là où le défi était de célébrer le corps.

Cette fois, ce ne sont ni l’énergie de l’extraverti « Homogenic » (1997) ni les recoins intérieurs du cocon « Vespertine » (2001), sa précédente création, qui font loi. Album se voulant proche de l’essence de l’être, « Medulla » est à la lisière des deux. Le titre même du disque signifie « moelle » en latin : « les racines, en quelque sorte », confie Bjork, dont la récente maternité a joué un rôle primordial. L’artiste pensait « d’abord appeler l’album ’Ink’, en référence au sang qui coule en nous tous, dans nos veines... ».

Nouveau jalon audacieux dans une discographie déjà forte en originalité depuis le début de sa carrière solo en 1993, « Medulla » a été enregistré dans 18 lieux, dont l’Islande, New York, Venise et les Iles Canaries.
A cette diversité purement géographique, s’est ajoutée une multitude de collaborations. Le programmeur Mark Bell, le mixeur Mark Spike Stent, Valgeir Sigurdsson, Matmos, familiers de son univers, ont été rejoints dans l’aventure par nombre d’autres : The Icelandic Choir et The London Choir, la « chanteuse de gorge » inuit Tagaq, le Japonais Dokaka, découvert sur le web, Robert Wyatt, Mike Patton de Faith No More et Rahzel, l’ex « human beat box » des Roots. Le tout a été orchestré par Bjork pour aboutir à un disque -au processus « libre et ludique »- qui se voulait intuitif.

« Quelque chose en moi avait envie de quitter toute civilisation, revenir aux origines et chercher ce qui était advenu de l’âme humaine au fil du temps », explique l’artiste. « Que se passerait-il sans la civilisation, les religions, le patriotisme... Sans toutes ces choses, du moins certaines, qui font que le monde n’a peut-être pas pris la bonne direction ? ».

Dans « Medulla », Bjork tenait à ce que les artistes invités émettent « un son vraiment spécial et original ». Mais ces voix n’effacent en rien la présence de l’Islandaise dont la palette s’enrichit de 14 titres syncopés, recueillis ou poétiques. Dans cet ensemble mâtiné d’électronique, de piano et de gong, dominent « Pleasure is all mine » en ouverture, « Where is the line » pareil à un volcan, « Vokuro » (en islandais), le galvanisant « Who is it (carry my joy on the left, carry my pain on the right) », l’étoilé « Desired Constellation », « Mouths Cradle » et l’énergique « Triumph of a heart ».

A ceux qui considèreraient « Medulla » comme son album le moins accessible, Bjork répliquait récemment dans « Les Inrockuptibles » : « Je ne crois pas être devenue trop absconse (...). Je suis simplement quelqu’un qui aime chanter et qui est friand de nouvelles aventures ».

source : nouvelobs.com

Cécile Roux

publié dans L’Obs - 02.09.2004

En lien avec...

 
 

Articles de la même année

 

2004

date
publication
titre
30.11.2003
Dazed & confused
26.03.2004
Houston Chronicle
22.05.2004
Conversation avec jónsi and kjarri (Sigur Rós)
13.07.2004
PopMatters
14.07.2004
PopMatters
01.08.2004
musicOMH
09.08.2004
The New Yorker
13.08.2004
The Independent
27.08.2004
The Independent
27.08.2004
The Guardian
28.08.2004
Télérama n°2850
28.08.2004
Télérama n°2850
29.08.2004
The New York Times
30.08.2004
BBC
31.08.2004
Prefix Magazine
01.09.2004
Musiquall.com
01.09.2004
DEdiCate n°4
01.09.2004
Wire
01.09.2004
Jam ! (Canoe.ca)
01.09.2004
BBC Manchester
01.09.2004
Stylus Magazine
01.09.2004
Dazed & Confused, 2004
02.09.2004
voir.ca
02.09.2004
L’Obs
03.09.2004
Entertainment Weekly
06.09.2004
Newsweek
06.09.2004
Entertainment Weekly Online
09.09.2004
The St. Petersburg Times
16.09.2004
Rolling Stone
30.09.2004
Trax n°77
01.10.2004
Diva Magazine n°101
02.10.2004
New Zealand Listener
12.10.2004
PopMatters
01.11.2004
Interview Magazine