Leila Arab
 
 

Rôle

Leila Arab

 

Décrite par Gilles Peterson comme « the best of what Britain has to offer in the cutting edge of music », Leila Arab fait partie des personnages de référence qui ont façonné l’underground électronique. En 1979, pendant la révolution iranienne, sa famille émigre au Royaume-Uni. Avant de s’orienter vers la musique, elle suit des études d’audiovisuel à l’université du Staffordshire. DJ aux multiples influences : jazz, hip-hop, soul et les rythmes les plus étranges, elle se consacre à la musique électronique après avoir découvert le breakbeat hardcore.

Björk la prend sous son aile et l’embarque en tant que claviériste sur la tournée Debut. Le groupe Galliano s’adjoint également ses services. Après ces premières expériences live, Leila s’initie un peu plus, dans son home studio, au fonctionnement des machines. Pour façonner son premier album, elle met à contribution ses proches et amis notamment sa sœur Roya Arab (Archive), Donna Paul, et surtout Luca Santucci (entendu chez Herbert ou Trevor Jackson).

En 1997, elle enregistre un premier single Don’t Fall Asleep, puis un an après sort l’album Like Weather toujours sur le label Rephlex. L’année suivante, c’est sur XL Recordings qu’elle publie son second opus : Courtesy of Choice.

Leila - Like Weather Leila - Courtesy Of Choice

Après quelques déboires avec ses différents labels et une longue pause, elle sort l’album Blood, looms and blooms en 2008 sur le label Warp.

Travail avec Björk

Medúlla
- Programmation : Where is the Line ?

Drawing Restraint 9
- Programmation : Storm

Biophilia
- Programmation : Thunderbolt, Crystalline, Dark Matter, Virus
- Sculpture Sonore : Thunderbolt, Dark Matter

Concerts
Leila a fait partie de la tournée Debut aux claviers dont le MTV Unplugged, elle était aux machines sur la tournée Post et a fait quelques dates sur la tournée Greatest Hits.
Elle a fait la première partie des dates anglaises de la tournée Volta, ainsi que sur les deux concerts au Zenith de Paris de la tournée Biophilia.

Leila Arab à propos de Björk

Quand j’étais plus jeune, je n’aimais pas vraiment la pop-music blanche. Mais je l’avais vue à la télé avec les Sugarcubes et ça m’avait carrément choquée : elle était extraordinaire. C’était trois ans avant qu’on se rencontre. Puis, elle est venue à Londres et elle cherchait des gens pour jouer dans son groupe. Quelques amis m’ont recommandée auprès d’elle, même si je ne faisais pas vraiment de musique. Elle m’a appelée et je lui ai expliqué que je ne savais pas lire la musique. Elle m’a dit qu’elle s’en foutait. Quand je suis allée au rendez-vous, j’ai à peine joué, elle m’a demandé si j’étais prête et voilà. Ce n’était pas si important.

La première fois que je l’ai accompagnée en tournée, je jouais juste du clavier, trois fois rien, c’était facile. Si je compte ce que je lui coûtais par note jouée, ça devait être des millions de livres par minute, parce que je devais jouer cinquante notes en tout !

Pour la tournée d’après, elle m’a offert le job que je voulais, à savoir mixer en live, alors que je n’avais là encore aucune expérience. C’est dingue, parce qu’elle aurait pu se payer n’importe qui d’autre. Mais elle est prête à donner de l’espace aux gens pour qu’ils puissent développer ce qu’ils ont envie de faire. Elle m’a donné une vraie chance, elle m’a fait confiance. C’est très beau d’être capable de laisser les gens expérimenter, grandir, alors qu’elle essaie de chanter (rires)...

Elle est incroyablement sage, érudite, très généreuse. Bien sûr, elle prend aussi parfois. Mais elle donne énormément, plus qu’elle ne prend. Elle est très enthousiaste quand il s’agit d’esthétisme, c’est une fille intelligente. Björk est exigeante à certains niveaux, mais pas n’importe comment, sans caprice, d’une belle façon. Quand les choses ne se passent pas bien, elle est très compréhensive.

C’est une chanteuse incroyable. Quand j’ai commencé à jouer avec elle, heureusement que je n’avais pas grand-chose à faire parce que j’étais très distraite par sa voix, son chant... Elle fait des trucs dingues, ça m’a impressionnée. Me demander ce que j’ai appris avec elle, c’est comme me demander ce que j’ai appris à l’école ou à l’université. Des plus petites choses aux choses les plus importantes. Tout et rien.

source : Björk : Témoignages, Anne-Claire Norot et Joseph Ghosn (lesinrocks.com) - 2001

Sur le forum

- Leila - Blood, looms and blooms (Nouvel album - 2008)
- Leila Arab
- Leila Arab - 16 mp3 on line (b-sides)

Liens

- leilamusic.co.uk
- www.myspace.com/leilaarab

En lien avec...