Thomas Knak - Opiate
 
 

Rôle

Thomas Knak - Opiate

 

Thomas Knak, membre de Opiate, co-writer et producteur sur Vespertine

Travail avec Björk

Vespertine
- Production : Cocoon
- Ecriture, programmation : Cocoon, Undo

Thomas Knak à propos de Björk

« J’ai rencontré Björk pour la première fois début juin 1999, quand elle a débarqué dans mon appartement à Copenhague. Elle m’avait appelé dans la semaine quand elle avait découvert que j’étais le type derrière l’album Objects for an Ideal Home, par Opiate, un album qu’elle avait acheté quelques mois auparavant à Londres.

On a passé un bon moment ensemble, à parler musique et autres sujets du genre. Elle m’a dit par la suite que cette rencontre lui avait fait des vacances qui l’avaient sauvée pendant qu’elle était en train de tourner Dancer in the Dark, quelque part à l’extérieur de Copenhague.

Ma première impression d’elle a été la même que celle de beaucoup de gens : une personne incroyable et intense. Mais on n’a pas eu une relation de fan et d’idole, parce qu’on était à peu près égaux : elle avait acheté ma musique et j’avais la quasi-totalité de ce qu’elle avait fait. C’est très facile d’avoir une relation de créativité avec elle, parce qu’on ne perd pas de temps. Tout ce qu’on dit, discute et pense est pris tout de suite en considération et absorbé.

Björk et moi, nous sommes très introvertis ­ bien qu’elle ait un côté extraverti que je n’ai jamais eu, sauf en jouant au foot. Elle sait très bien mélanger son monde et celui de la personne avec qui elle travaille. Elle ne demande pas juste qu’on s’intègre dans son univers, mais demande aussi à pénétrer dans le vôtre.

Au départ, notre idée de collaboration était un peu floue : elle savait ce qu’elle aimait dans ma musique et aurait bien entendu un mélange entre mes petits bruits, mes humbles notes et sa voix. Elle a été très enthousiaste des idées que je lui ai amenées : elle sait très bien montrer sa joie quand les choses la touchent, c’est un gros plus chez elle ! Elle a toujours cent idées à la fois, mais peut très subitement en choisir une, se concentrer dessus et travailler jusqu’à ce qu’elle aboutisse à quelque chose.

Elle connaissait mes limites et ne m’a jamais demandé plus que ce que je pouvais faire : elle aurait pu inviter des tonnes d’autres gens, d’autres producteurs qui auraient fait un travail irréprochable, mais elle a dû penser que j’avais ce qu’elle cherchait dans une collaboration. C’était extraordinaire de travailler avec quelqu’un qui pense comme moi, mais qui peut faire toutes les choses que je n’arrive pas à faire moi-même. J’ai beaucoup appris avec elle, sur la musique et la vie en général. »

source : Björk : Témoignages, Anne-Claire Norot et Joseph Ghosn (lesinrocks.com) - 2001

Interview

How did you begin working with Björk ?
I was invited to Iceland to work with her in January 2000. In Reykjavik we started on what later became Undo ... originally the basic sound and melody was taken from an old production of mine called 1% in 2/3 speed, but when Bjørk listend to that one she asked if we could work on that with a few changes in tempo, structure / layers and vocal.

In what consisted your work on ’Cocoon’ (and on Vespertine) ?
Cocoon is made of a tiny sketch which she asked me to do for an idea she had. This was in november 2000. What I did on Cocoon was to come up with the clicky beats, basic melody and structure .. basiclly an almost finished production in itself. She had a few changes which I quickly worked on ( again tempo and pitching notes), and then she invited me to work with her in London Jan. 2001. We then worked in Olympic Studio for 1 and 1/2 day ... as the track in itself was easy to mix and with very few changes and addings, most of the time went with choosing the right take from the vocal-session from the same day as we wanted to use just one of the takes without splicing parts together ... this way it has become very intimate.
The difference from Undo to Cocoon is that Undo was later produced with a huge choir and orchestra ( a big step away from what my own music as Opiate sounds like). Cocoon was very close to how I sound myself except from suddenly having a voice on top ... and what a voice !!!!

What do you think of this collaboration ?
I very much like both of the songs we worked on together, but as they are different it’s hard to say which I prefer ... though with Cocoon I got to be in the process from start to end + it’s a single with a very nice video ... something I have not tried to be part of before ! .... Cocoon is definatly something I am very proud of, as it’s very much a collaboration with a unique and personal atmosphere and sound :)

interview : etoile polaire (2001)

Remix

- Aurora (Opiate version) 4:05