Vibrations

Björk, sa tribu personnelle

Volta, le nouvel album de l’Islandaise, approche bien des cimes. A ceux que la voix agace : il y a toujours les musiques, superbes souvent, radicales toujours.

Le 7 mai sort le sixième album solo de Björk, qui prend des airs de who’s who de la critique musicale bien-pensante. Timbaland à la production, Antony au micro, Toumani Diabaté à la kora, Konono N°1 aux likembés électriques… Un disque ambitieux qui appelle à un tribalisme nouveau auquel on est prêt à se rallier. Une conquête qui déroule ses arguments au fil des écoutes : aperçu titre par titre.

Earth Intruder La production de Timbaland utilise des parasites qui ne lui sont pas habituels, pour entrer dans les densités électroniques futuristes du passé de Björk. Qui du producteur merveille et du lutin mutin pousse le plus l’autre dans ses derniers retranchements ? Ce premier single, qui sample les likembés électriques de Konono N°1, va de tamtams stylisés à une transe de jeu vidéo. Donnant au passage raison à l’imagerie qui accompagne l’album : tribalismes inédits, traditionalisme ultra-personnel.

Wanderlust Une techno trop facile. Un remix avant l’heure. Le titre, produit par le complice de longue date Mark Bell, engloutit les cuivres – qui n’ont pas l’impudeur ostensible de la voix – dans les limbes d’un travail qui n’a même pas le courage d’être franchement rebutant. Il fallait mettre ce titre en fin d’album – s’il fallait vraiment le mettre.

The Dull Flame Of Desire L’union des voix de Björk et Antony fait à la première écoute des impressions de mariage arrangé. Mais les paroles traduites d’un poème de Fyodor Tyutchev prennent finalement leur envol sur un grand final martelé par les percussions de Brian Chippendale (de Lightning Bolt) : sept minutes ascensionnelles, tout en montées vers un envoûtement de magie blanche.

Innocence Timbaland pousse, et pousse encore, un beat qui va chercher dans un souffle humain synthétisé et dans les likembés torturés de Konono N°1 un matériau de propulsion pétaradant, un turbo rare. Une carlingue d’hyperespace qui survole dans un crachat de feu les émotions d’une Björk chantant les délices de la peur. Le titre le plus serré, crissant, de l’album.

I See Who You Are Libre, la voix de Björk ne suit ni ne précède la musique. Son phrasé têtu parcourt les détours d’une poésie qui vit pour elle-même. Le pipa de Min Xiao-Fen égoutte pourtant ses belles sonorités mouillées, les percussions aquatiques de Chris Corsano (comparse aussi de Sonic Youth) éclaboussent parfois un silence rendu présent, alors que l’ensemble de cuivres prend finalement le dessus. Un morceau de beauté fragile.

Vertabrae By Vertabrae Les cuivres tombent en grappes, et frappent à grands coups pour faire pénétrer leur dissonance anxiogène. « The beast is back » chante, puis crie, puis hurle, la diva. On prend peur, le sourire aux lèvres. L’intensité monte, toute carton-pâte qu’elle soit, réminiscente des talents de conteuse de Björk, et les boucles à suspens (tirées de la B.O. de Drawing Restraint 9) donnent la chaire de poule jusqu’à Bernard Herrmann.

Pneumoni Le moment en apesanteur de l’album. Les cuivres en dégradé portent dans leur chant la voix qui plus que jamais prend la place qui lui revient : ici rien n’est prêt à s’offrir au combat, tout est magnifiquement pacifique. Un faux a cappella, à plusieurs voix poétiques, humaines ou instrumentales. Le titre le plus simple, le plus beau.

Hope Au-delà des intentions louables, il faudra un peu de temps pour décider de la qualité de l’alliance des beats hélicoïdaux de Timbaland et des notes en arabesques de la kora de Toumani Diabaté. Reste que la musique impose son caractère inédit, sans pour autant avoir le front de prendre le pas sur une voix qui elle-même porte des questions, non plus esthétiques, mais philosophiques.

Declare Independence Le coup de sang de l’album. Des éraflures synthétiques, des démangeaisons saturées… Puis des déflagrations rythmiques aux couleurs organiques qui rappellent pourtant presque les extrêmes du gabber. Un chamanisme punk… Bravo. Un point d’exclamation.

My Juvenile Inviter Antony pour jouer, dans ce monologue, le rôle de la « conscience » : une idée qui a la force de l’évidence. Sa voix dédoublée endosse à la perfection les échos intérieurs d’une douce ode à la jeunesse qu’on laisse s’en aller. Les élans vocaux sont portés par un clavicorde seul : pure, plein, haut.

Loise Cuendet

publié dans Vibrations - 20.04.2007

En lien avec...

 
 

Articles de la même année

 

2007

date
publication
titre
22.03.2007
Blender.com
27.03.2007
Les Inrockuptibles n°591
05.04.2007
XFM
17.04.2007
BrooklinVegan
18.04.2007
Rolling Stone FR
20.04.2007
Vibrations
21.04.2007
style.com
22.04.2007
The Observer
23.04.2007
lesinrocks.com
24.04.2007
Filter-mag.com
24.04.2007
drownedinsound.com
26.04.2007
Stylus.com
27.04.2007
The Guardian
27.04.2007
Music for robots
29.04.2007
NY Times
30.04.2007
Les Inrockuptibles n°591
30.04.2007
This is London.co.uk
30.04.2007
Metro uk
30.04.2007
Time off
01.05.2007
L’officiel
02.05.2007
TimeOut New York
04.05.2007
The Washington Post
04.05.2007
Hot Press
05.05.2007
The Telegraph
06.05.2007
New York Post
07.05.2007
Billboard
07.05.2007
AllMusic
07.05.2007
People Magazine
08.05.2007
Pitchfork
08.05.2007
Me-me-me.tv
08.05.2007
metromix.com
09.05.2007
BBC
10.05.2007
Le Figaro
11.05.2007
Les Inrocks2
12.05.2007
Sidney Morning Herald
14.05.2007
Magazine ELLE n°3202
25.05.2007
liberation.fr
31.05.2007
Bokson.net
01.06.2007
Keyboards Recording
07.06.2007
Spin Magazine
13.06.2007
Dummy Magazine
21.06.2007
telegraph.co.uk
01.07.2007
NightLife n°34
01.07.2007
remixmag.com
01.08.2007
Interview Magazine
13.08.2007
Fashion Rocks Magazine
23.08.2007
The List
01.09.2007
Mixte Magazine
04.09.2007
Q Magazine
09.09.2007
guardian.co.uk
10.09.2007
apple.com
17.09.2007
La presse (Quebec)
20.09.2007
Montreal Gazette
01.10.2007
Dazed & Confused n°54
01.11.2007
Harp Magazine