Vibrations

Bienvenue à Biophilia

 

Trois ans après Volta, la nymphe islandaise enfante un nouveau monde, naturellement high-tech

Le corps de sa matière sonore est souvent pétri de terre, d’eau et de feu. Des morceaux comme « Nature ls Ancient » ou « Sun ln My Mouth » en témoignent. Depuis son adolescence, Björk compose ses chansons en arpentant les plaines de Thorsmörket ou en se baignant dans les sources chaudes qui jaillissent des vallées de Landmanalauggar. Elle aime en parler : « J’ai grandi à Reykjavik, cette petite capitale entourée par les montagnes et l’océan. On y vit au rythme des éruptions et des tremblements de terre. En Islande, ma génération défend l’idée que l’homme est marié avec la nature et qu’il faut que ce mariage fonctionne bien. avec amour et harmonie. » Si elle vit la moitié de l’année à Brooklyn, elle s’engage encore sur son île pour défendre quelques nobles valeurs, à commencer par le refus de privatiser les installations géothermiques. Elle a reçu la visite et le soutien d’Eva Joly, avec qui elle a récemment posé pour les photographes en Islande. Tout cela n’est pas sans rapport avec la création de Biophilia.

En 2008, on l’avait laissée aphone, avec des nodules sur les cordes vocales suite à la tournée (trop) éprouvante de l’album Volta. « C’était une période de changement : mon contrat avec mon label se terminait, et j’en ai profité pour redéfinir mon rapport à la composition. J’étais obsédée par les écrans digitaux, car pendant la tournée j’avais adoré diriger les concerts avec mon Lémur (un écran tactile, ndlr). Je ne joue pas de guitare ou de piano, donc j’ai toujours composé ma musique en marchant, au rythme de mes pas. Je suis passée de cette méthode au touché d’écran car cela m’inspirait. J’ai donc écrit de nouvelles chansons ainsi, pendant un an. Je voulais ensuite utiliser un des nombreux immeubles vides que le crash boursier nous a laissés dans le centre-ville de Reykjavik pour ouvrir une école interactive de musicologie. Mais ce n’était pas évident de lever les financements. Même mon manager n’y croyait pas du tout, il a démissionné car il trouvait cela trop utopique. Finalement. quand l’iPad est sorti, je me suis dit que je n’étais pas si folle. Avec mon assistant et mes deux autres managers, nous avons dû investir notre argent personnel, ça m’a rappelé mes années punk, c’était rafraîchissant. Et puis tout s’est mis en place petit à petit : j’ai gagné un prix musical en Islande qui m’a permis de financer la fabrication des instruments, et nous avons rencontré les concepteurs d’Apple de façon à ce que mon centre de musicologie ne soit pas seulement réservé aux enfants de Reykjavik, mais ouvert à tous sur internet. »

La dynamite d’Omar Souleyman
Depuis l’été dernier donc, les utilisateurs d’iPhone et d’iPad peuvent s’offrir ses applications contenant un titre du nouvel album, un petit jeu vidéo au graphisme rétro, un essai scientifique didactique en rapport avec les paroles de la chanson et un logiciel permettant de modifier la mélodie, de la recomposer et d’entendre Björk chanter sur son petit remix. Si cette harpe pendulaire haute de trois mètres et les autres instruments faramineux qu’ingénieurs et ébénistes ont fabriqués spécialement pour le spectacle Biophilia impressionnent forcément la démiurge islandaise a pourtant construit son nouveau monde à partir d’un principe extrêmement simple : la musique doit rester un métier d’artisan. Et la machine n’est qu’un outil. « Je crois qu’il y a toujours eu un dilemme pour les compositeurs de musique électronique : on leur reprochait que leurs beats n’étaient pas assez organiques, trop froids. Maintenant, tout cela est connecté avec la nature. À nouveau. Je peux faire couler du liquide sous l’écran et composer une mélodie avec des sons d’eau. Pareil avec du bois ou du cristal. » Sa démarche et toute cette galaxie interactive s’inscrivent en parfaite adéquation avec ses postures politiques écolo. Mais d’un point de vue strictement musical, la première écoute du disque est sans doute moins surprenante que la chanteuse le souhaitait. Elle a d’ailleurs repoussé sa date de sortie pour le peaufiner, suite à l’accueil mitigé des premiers singles. Dommage également que l’accès à Biophilia ne soit réservé qu’à l’élite de la population mondiale, celle qui boit son café le matin en lisant le journal en ligne sur sa tablette numérique. Björk n’est pas d’accord : « En Inde, ils font déjà des téléphones tactiles à des prix dérisoires. Et en Afrique, toute la jeunesse communique par SMS. Les gens n’ont parfois pas de maison décente, mais ils ont un portable. » On l’aime toujours en muse pop perchée mais, sur ce point l’Islandaise et son iPad semblent déconnectés. Elle reste pourtant très branchée et a sollicité Omar Souleyman pour dynamiter quelques remix, dont celui du premier single. Elle s’emporte d’enthousiasme à son sujet : « Ces vidéos sur youtube sont désopilantes, si rurales et tellement modernes à la fois. Seul le net peut créer ce genre de buzz spontané sur des mariages en Syrie mal filmés, avec un son brut. C’est le meilleur exemple de ren contre entre le local et le global, et ça tue ! Leurs synthés sont trop kitch, les beats sont tarés, et tout ce succès international n’est même pas prémédité, c’est vraiment dingue ! » Le terrible remix de « Crystalline » s’écoute en boucle, on ne s’en lasse pas. Et on attend avec impatience d’apprécier sur scène sa grande fanfare écolo-high-tech pour se laisser emporter définitivement ou non, dans l’univers de Biophilia.

David Commeillas

publié dans Vibrations - 01.10.2011

En lien avec...

 
 
 

Articles de la même année

 

2011

date
publication
titre
17.03.2011
Dazed Digital, 2011
28.05.2011
guardian.co.uk
27.06.2011
slantmagazine.com
29.06.2011
Stereogum
29.06.2011
pitchfork.com
01.07.2011
orange.co.uk
02.07.2011
liberation.fr
04.07.2011
Le Monde
04.07.2011
Dazed & Confused n°200
07.07.2011
Wired (UK)
11.07.2011
www.bjork.fr
13.07.2011
BBC Radio 6
22.07.2011
Billboard
27.07.2011
NME
29.07.2011
drownedinsound.com
04.09.2011
Madame Figaro
14.09.2011
L’Express
15.09.2011
L’Obs
19.09.2011
Télérama n°3218
20.09.2011
Les Inrockuptibles n°824
20.09.2011
Rock & Folk n°530
23.09.2011
M Magazine
26.09.2011
M Magazine
27.09.2011
M Magazine
27.09.2011
The boston Phoenix
28.09.2011
M Magazine
28.09.2011
Electronic Beats
29.09.2011
bbc.co.uk
29.09.2011
M Magazine
29.09.2011
M Magazine
30.09.2011
M Magazine
30.09.2011
Wire
30.09.2011
Tribune de Genève
01.10.2011
Marvin (MX)
01.10.2011
Vibrations
01.10.2011
Têtu
01.10.2011
Björk
01.10.2011
What HI-FI ? Sound & Vision
03.10.2011
drownedinsound.com
04.10.2011
drownedinsound.com
05.10.2011
drownedinsound.com
05.10.2011
Entertainment Weekly
05.10.2011
BBC Music
05.10.2011
MusicWeek
06.10.2011
cycling’74 .com
06.10.2011
drownedinsound.com
06.10.2011
Libération
06.10.2011
Libération
06.10.2011
The Guardian
06.10.2011
musicOMH
06.10.2011
Prefix Magazine
07.10.2011
drownedinsound.com
07.10.2011
Independent.co.uk
07.10.2011
The Reykjavik Grapevine
07.10.2011
Mirror.co.uk
07.10.2011
toutelaculture.com
07.10.2011
irishtimes.com
07.10.2011
Consequence of Sound
08.10.2011
The Globe and Mail
08.10.2011
NME
09.10.2011
New York Post
09.10.2011
Journal du Dimanche
10.10.2011
AllMusic
10.10.2011
guardian.co.uk
10.10.2011
Mowno
10.10.2011
Le Monde
10.10.2011
Libération
10.10.2011
Financial Times
10.10.2011
Pop Matters
10.10.2011
Wearsthetrousers.com
12.10.2011
Wall Street Journal
12.10.2011
Les Inrockuptibles n°828
13.10.2011
Paris Match
13.10.2011
Pitchfork
13.10.2011
Rock & Folk
17.10.2011
LA Times
18.10.2011
LA Times
23.10.2011
Icelandair Info
26.10.2011
Les Inrockuptibles n°830
28.10.2011
Wall Street Journal
01.11.2011
Mojo
01.11.2011
Gay & Night
17.11.2011
Dazed & Confused, 2011
22.11.2011
The Economist (blog)
24.11.2011
F5 - Magazine Russe