Tri par année

 

Tags

 

Tri par album

 

interview

 

29.05.2018

Björk en couverture des Inrockuptibles

Les Inrockuptibles mettent Björk à l’honneur à l’occasion de son unique concert en France cette année au festival We Love Green en fin de semaine. Au programme : une interview d’Azzedine Fall où elle évoque "ses sources d’inspiration, sa collaboration avec Arca et un avenir qu’elle espère radieux pour les prochaines générations".
Coté illustration les Inrocks ont pioché dans la session de Maisie Cousins.

À découvrir le 30 mai dans les kiosques ou en digital.

 
 
 

27.03.2018

Work in Progress : documentaire avec Jesse Kanda

Work in Progress est une nouvelle série de documentaire décryptant le processus créatif d’artistes. Björk et Jesse Kanda inaugurent cette série documentaire initiée par WeTransfer.

Pour accompagner ce lancement, i-D propose une courte interview de Björk notamment à propos du clip Arisen My Senses et sur d’autres thèmes.

Lorsque la vie devient difficile à supporter, que faites-vous pour vous sentir mieux ?
Je me tourne toujours vers la musique. C’est la clé. Je cherche la bonne chanson à écouter le matin, et si je trouve l’alchimie parfaite – ni trop vive ni trop lente– cela élève ma journée entière. Mais sincèrement, c’est un exercice d’équilibriste très compliqué.

Elle évoque également le dernier spectacle de Meredith Monk : Cellular Songs, joué en avant-première à New York, et de son dernier rêve liée au préparatif de la tournée, qu’elle décrit comme le moins jungien. Et, en effet, l’analyse est plutôt rapide : « Je suis perdue dans une banlieue inconnue et lointaine et il m’est impossible d’expliquer au chauffeur Uber la rue où je me situe. »

L’interview est disponible en français dans une traduction approximative.

 
 
 

28.02.2018

Björk en couverture de Glamour Islande

Björk est en couverture du numéro du mois de mars de la version islandaise du magazine Glamour.

La session est signée de la photographe de mode islandaise Silja Magg, le maquillage est de Fríðu Maríu Harðardóttur. Le masque, créé par James T. Merry, est le même que celui du clip Arisen My senses. Quant à la robe qui ressemble à une vulve géante, elle n’est pas sans rappeler les tenues de la chanteuse Peaches.

Dans un longue interview donnée à la journaliste Álfrún Pálsdóttir, Björk aborde divers thèmes dont sa relation avec l’Islande, la révolution, le féminisme, la culture, la maternité, la mode, l’environnement ou encore le monde rêvé d’Utopia où chacun peut s’aimer, sans distinction de genre ni d’orientation sexuelle.

extrait de l’interview (en islandais)

traduction : Google

 
 
 

14.11.2017

Utopia dans la presse et à la radio

À quelques jours de la sortie du nouvel album (24 novembre), Utopia est en une de nombreux magazines à travers le monde. Tour d’horizon des différents médias, presse comme radio, dans lequel Björk s’est exprimée.

Revue de presse

Depuis l’annonce fin août de la parution d’un nouvel album, Björk a fait la couverture de nombreux magazines. Toutes les interviews et couvertures sont à retrouver dans la rubrique presse.

Publiée le samedi 11 novembre, l’interview donnée au journal The Observer, est l’une des plus complètes en dévoilant notamment la structure de l’album.

La Possibilité d’une île
Björk a conçu Utopia comme une île, un lieu probablement créé après une catastrophe écologique, une île où les plantes ont des bouches, peuvent flotter comme des colibris ou pousser au creux de vos mains.

Björk thinks of her utopia as an island, perhaps one that was created out of an eco-disaster, an island where plants have mouths or hover like hummingbirds or grow out of your hands.

Utopia se compose en trois parties : la découverte de l’île, la vie quotidienne sur celle-ci et comment les êtres humains surmontent les difficultés.

La journaliste détaille également les thèmes abordés, notamment un féminisme très présent :

I did get the idea of a new place, of women supporting women, of rejecting old systems (in Tabula Rasa, she sings : “break the chains of the fuck-ups of our fathers”). There’s also – excitingly – strong hints of a new lover (Blissing Me : “I fall in love with his song”). And the feeling of the end of a difficult relationship, of moving forward (Sue Me). Though I may well be being too literal. Björk laughs when I quote lyrics at her, and ask her about her love life. The Observer

Interview et mix exclusif dans Mixmag
Jeudi prochain, une nouvelle interview de Björk sera publiée dans le numéro de décembre de Mixmag, accompagnée d’un mix (sans plus de détails pour le moment).

Photos

Les photos promotionnelles sont issues des sessions avec Santiago Felipe et Maisie Cousins. L’ensemble des photos sont à retrouver dans les galeries qui sont régulièrement complétées :
- Session promo Utopia avec Santiago Felipe
- Session promo Utopia avec Maisie Cousins

Radio

Björk est venue plusieurs fois sur la radio BBC, notamment dans l’émission de Nick Luscombe à ré-écouter ici.

Elle s’est également entretenue avec Mary Anne Hobbs, l’interview, en deux parties, est disponible en replay (11 novembre - 12 novembre).

Elle sera en interview chez Lauren Laverne le mardi 21 novembre sur la radio BBC6.

Plus d’infos sur le nouvel album Utopia

 
 
 

30.10.2017

Björk parle d’Utopia dans Télérama

Björk est en interview dans Télérama. L’entretien (réservé aux abonnés) est à lire sur telerama.fr.

« J’ai baptisé l’album ‘Utopia’, parce qu’il ne s’agit que de ça : garder l’espoir »

« Avec Utopia, j’avais envie que ma musique fasse pénétrer dans un monde neuf où l’on découvrirait des animaux et une végétation inconnus. Quand l’irréel devient réalité. Comme avec les émotions. »

Le magazine sera disponible en kiosque le 3 novembre.
La sortie d’Utopia est prévue le 24 novembre.

 
 
 

11.08.2017

Björk en une du magazine allemand Inter/VIEW

La promotion du nouvel album poursuit sa mise en place dans la presse. Après la couverture de Dazed (déjà soldout), Björk est à la une du magazine allemand Inter/VIEW. La session photo inédite, signée de la photographe anglaise Maisie Cousins, annonce la publication d’une nouvelle interview, à découvrir dans le numéro de septembre 2017.

"The only way the 21st century is going to work if we collaborate with nature. The earth needs more feminine energy." Björk

Une publication partagée par inter/VIEW MAGAZINE GERMANY (@interview_de) le

Une publication partagée par inter/VIEW MAGAZINE GERMANY (@interview_de) le

Liens

- Commander le magazine
- Site officiel du magazine
- Site officiel de la photographe

 
 
 

3.08.2017

Les premières infos sur le nouvel album dévoilées dans l’interview de Dazed

Après l’annonce de sa sortie imminente et maintenant avec la publication de l’entretien dans Dazed, le nouvel album se dévoile un peu plus. Le journaliste Selim Bulut a pu écouté une version non finalisée de l’album, avant le dj set à Barcelone en juin dernier.

Un 9e album toujours sans nom

Elle le décrit comme un album de dating, allant même jusqu’à le comparer au célèbre réseau Tinder. Le thème de l’album tourne autour de cette recherche de l’amour et de l’exploration de l’utopie.

L’album n’est pas politique avec un grand P, Björk hésitant toujours à se définir comme une artiste engagée, mais elle y dépeint une vision optimiste du futur.

"its writing process coinciding with some of the biggest political upheavals in recent history. Against a backdrop of rising xenophobia and the looming threat of climate catastrophe, the album asks whether paradise is possible. Maybe that’s why it became a utopian theme - if you’re gonna survive not only my personal drama but also the sort of situation tha world is in today, we’ve got to come up with a new plan"

(...)"if we don’t have the dream, we’re just not gonna change. Especially now, this kind of dream is an emergency."

Instrumentation & orientation musicale, un album tourné vers l’ambient ?

Très impliqué dans l’écriture et présent depuis le début de ce nouveau projet, Arca l’a encouragée à poursuivre dans la direction des titres instrumentaux comme Batabid (une inédite de la période Vespertine) et Ambergis March (DR9).

Excepté un titre énergique produit par Rabit, avec un rythme de marteau-piqueur dévastateur, l’album forme un ensemble léger, en opposition avec la dramaturgie exacerbée de Vulnicura.

"It’s natural for me, maybe more subconsciously than consciously, that whatever I do on one album, I tend to do the opposite of on the next. (...) I needed to zoom out and find new manifesto."

Instruments à vent et transitions

Exit les arrangements pour cordes, il sont remplacés par des instruments à vents (notamment la flûte).

"By contrast (with Vulnicura), Björk’s new album feels lighter than air."

Des chants d’oiseaux et de bruits de la nature servent de transition entre chaque chanson. Des sons enregistrés avec Arca, notamment lors de leur voyage aux Caraïbes ou empruntés à l’un des albums préférés de Björk : Hekura sorti en 1980. Produit par Nestor Figueras et David toop, l’une des figures de la musique ambient, il s’agit de deux longues pistes enregistrées lors de cérémonies chamaniques au Venezuela.

Premiers titres dévoilés

  • The Gate, décrite comme une chanson d’amour, avec un clip réalisé par Andrew Thomas Huang dans laquelle Björk portera une robe d’Alexandro Michele (Gucci) et un nouveau masque de James Merry.
  • Features creatures
  • Loss, en collaboration avec Eric Burton aka Rabit, un titre sur la volonté et notre capacité à choisir
  • Allow, co-écrit avec Arca et enregistré lors de leurs vacances aux Caraïbes, Björk n’est pas encore sûre de l’intégrer à l’album.

Commander le magazine

 
 
 

2.08.2017

Björk dans le dernier numéro de Dazed

Björk est en couverture du numéro Automne 2017 de Dazed dans lequel on retrouve une série de photos inédites par Jesse Kanda ainsi qu’une interview par Selim Bulut.

Titré "Björk - Paradis trouvé", le magazine devrait lever le voile sur les orientations et les collaborations du nouvel album.

L’interview sera complétée avec un question-réponse de collaborateurs dont le réalisateur Michel Gondry, le poète Eileen Myles et l’historien d’art Hans Ulrich Obrist.

« This is like my Tinder album », explique-t-elle « It’s about that search (for utopia) – and about being in love. Spending time with a person you enjoy is when the dream becomes real. »


« If we’re gonna survive the situation the world is in today, we’ve got to come up with a new plan. Especially now, this kind of dream is an emergency. »

Réponse définitive le 3 août, avec la publication du magazine.
http://www.dazeddigital.com/

 
 
 

11.06.2015

Questions / réponses avec Dazed

Dazed and Confused, est très actif dans la promotion actuelle de Vulnicura. Aujourd’hui, sur la page Facebook du magazine, les internautes ont pu poser directement à Björk leurs questions.

Découvrez la retranscription de la discussion dans la rubrique presse.

 
 
 

4.06.2015

Interview de Manu Delago

À l’occasion de la sortie du nouvel album Silver Kobalt et du concert au New Morning le 11 mai dernier, David (Goûte mes disques / forum.bjork.fr) a interviewé Manu Delago. Le musicien et percussionniste autrichien s’est confié notamment sur son virage électronique, mais aussi sur les ré-arrangements qu’il a réalisés lors des deux dernières tournées de Björk.

(English version below)

Sur ton nouvel album Silver Kolbalt, le son est assez différent, il y a beaucoup plus d’électronique, de voix, les compositions sont plus complexes, par exemple, le rythme de "Disgustingly Beautiful" est fou, loin de l’habituelle structure 4/4. Tes précédents albums sont majoritairement acoustiques, comment as-tu abordé cette évolution ?

Lors des résidences Biophilia (2011-2013), j’ai rencontré le producteur Matt Robertson. On traînait ensemble et avions un peu de temps libre et je lui ai donc fait écouter mes titres acoustiques. Par la suite, nous avons collaboré et fait ensemble un peu de design sonore et des manipulations. La musique électronique n’était pas nouvelle pour moi dans le sens où j’en écoute depuis un moment. Mais à ses côtés, j’étais plus à l’aise et j’ai appris beaucoup de choses. Il a amené ma musique vers un autre niveau en y ajoutant un peu d’électronique, il s’est beaucoup impliqué sur les deux derniers albums.

En studio, il est facile de mélanger acoustique et électronique , mais lors d’un concert c’est moins évident. Comment gères-tu cela sur scène ?

Il n’y a pas de bande sonore ou de bouton « play », je tenais à garder, autant que possible, des sonorités « organiques » nous jouons donc en direct tous les sons électroniques. Les instruments acoustiques et électroniques sont abordés de la même façon et cela fonctionne vraiment bien.

Sur le titre "Turntabla vs. Bassklappernette" (Living Room, 2007) ou dans la vidéo où tu te brosses les dents, tu joues avec des sonorités peu communes. Est-ce que la musique électronique t’apporte plus d’opportunités pour expérimenter ?

La musique électronique est certainement la principale révolution au cours de ces 50 dernières années. Mais il y a aussi un risque, c’est que tout le monde sonne pareil. Pour rester créatif et bon dans ce domaine, j’essaye de trouver des affrontements intéressants, un mélange entre acoustique et électronique. Si j’utilisais seulement des sons électroniques, ma musique ressemblerait certainement à beaucoup d’autres. Il faut trouver un juste équilibre.

Tournée Silver Kobalt
Trailer

En concert, gardes-tu les arrangements de l’album ou tu les ré-arranges ?

Je vois la musique live comme une chose différente de l’album, je ne vais pas jouer exactement de la même façon. Les gens vont à des spectacles pour vivre autre chose et je veux leur offrir un moment unique, une expérience à un temps précis. Je ré-arrange souvent assez librement et, généralement, les morceaux sont plus longs, parfois certains sons manquent, mais cela donne plus d’espace pour d’autres instruments.

Est-ce que tu modifies également les structures ?

Pas toujours, mais parfois.

Titre enregistré avant le concert au New Morning, le 11 mai 2015.

Dans une interview, tu as dit avoir été surpris par le fait que Björk est très intéressée par la façon dont rendent les sons dans chaque salle de concert. As-tu les mêmes exigences ?

Nous enregistrons parfois nos concerts, pour vérifier comment ils sonnent. C’est effectivement difficile de se rendre compte pendant que l’on joue sur scène.

Avez-vous vous avez propre ingénieur du son ?

Oui, il fait partie de notre groupe.

Qui a eu l’idée de la nouvelle version de One day ? Est-ce toi ? Björk ? Les deux ?

J’ai remarqué que cette chanson n’a pas été joué par Björk très souvent, le dernier arrangement date des années 90. Je ne sais pas si tu as écouté la version du MTV Unplugged, parce que je trouve beaucoup de similarités entre le hang et le gamelan (ndrl. joué par le South Bank Gamelan Orchestra)

Cette idée vient de nous deux. Lors de la préparation de la tournée Biophilia, nous avons bien sûr travaillé toutes les chansons de l’album. Puis, elle a voulu aussi refaire certaines de ses anciennes chansons, trois ou quatre ré-arrangées au hang. Je lui ai fait écouté les 5 ou 6 morceaux et finalement elle a sélectionné : One Day, Possibly Maybe, Venus As A Boy (joué une seule fois en 2011).

Pour One Day, la version MTV est un demi-ton plus bas que le version de l’album ; ce qui tombait bien. J’ai gardé les meilleurs éléments : certains arrangements du gamelan, certains rythmes et quelques-uns de la version album et puis j’ai fait ma propre version.

- Björk - "One Day", extrait de "Biophilia Live" par franceinter

Pour la tournée Vulnicura, nous allons aussi faire d’anciens titres, ceux qui fonctionnent le mieux avec les instruments de cette tournée.

Demain au Luxembourg ... presque un concert tous les soirs ... Comment gères-tu la fatigue ? Comment rester musicalement frais après 20 spectacles en un mois ?

Ça me plaît pour le moment, mais je ne me vois pas faire cela toute ma vie.

Quand pars-tu demain ?

06h30. Mais j’aime voyager.

Site / Facebook

L’album Silver Kobalt est en écoute via Deezer / Spotify.

_________________________________________________________

English Version

We noticed a really different sound in your last album : much more electronic, much more voice and featurings, much more complex composition (rhythm in “Disgustingly Beautiful” is so insane, far from the usual 4/4 )
How did you manage the change in composition, as most of your former albums are quite acoustic ?

Indirectly, yes. Matt Robertson who I met through Biophilia and during the residences, we had some time off, we hang out together and I started playing him my music and it was all acoustic. He said he would like to try working on it a bit, do some sound design and sound manipulation. Then it felt like he took it to another level by adding some electronics, and he had a lot of input on my previous album Bigger Than Home and on Silver Kobalt.
From that point, I had started to feel good about myself and I learnt a lot, I brought more changes to the table, but we were still producing together and he took it again to another level as a producer.
To answer your question, it was definitely this moment where I tried electronic music so it mainly had to do with him, than Biophilia. Electronic music wasn’t « new » to me in the sense that i did not discover it at that time.

Ho dow you approach this (using more electronics) on stage ? Because I think it’s easier to mix acoustics and electronics on cd, but in a live set it is more difficult. engineering and so on...

I wanted to keep it as organic as possible, so basically we’re playing all electronic sounds live, there’s no ’click track’, no backing tracks... I think we treat electronics like instruments, that helps a lot.
We have the sounds from the album and the organic sounds are already there, I think it works really well.

How do you manage with the sound quality on live (with electronics) ? Do you go on stage to listen to the results ? (I’ve read in an interview that you were surprised by the way Björk was so interested in the way her live sets sounds)

We do record live shows sometimes, just to check how it sounds. Vecause it’s hard to really get how it sounds when i’m actually playing on stage, yes.

Do you have you own sound engineer ?

Yes, he’s part of the sound.

You played sometimes with experimentations in sounds (youtube video brushing your teeth, or the track “turntabla Vs Bassklappernette”). For a lot of electronic artists, live is a good way to experiment with sound. What do u think about it ?

Is electronic music a solution for you to do that kind of experimentations ?

Yes, electronic music is definitely the main addition to music in the last 50 years.
But there is also a danger, that everybody sounds the same, so it’s not just that, you still have to be creative and to be good at it. The way I treat it is trying to find some interesting clashes and blending between acoustic and electronics. if I only used electronics sounds , I would probably sound like many others. You have to find the right balance.

Is the live experience an opportunity to experiment more ? Do you still keep the arrangements of the recorded album or do you change them ?

I definitely changed some songs and arrangements. I see live music as a different thing, i’m not trying to make it sound exactly like the album (in that case, people can listen to the cd).
People go to live shows for something else and I want to give them something unique, an experience in that moment .
I re-arrange often more freely and usually songs are longer, sometimes some sounds are missing but it gives others sounds more space.

Are also you changing the structures ?

Not always but sometimes.

Who did have the idea of the new arrangement of “One Day” ? Was it you ? Björk ? Both ?
I noticed that this song was not played Björk very often, the last live arrangement was from the 90’s.
I don’t know if you have listenned to the MTV unplugged version because I noticed that the hang sounds very much like the gamelan.

I think it was the two of us.
When we met up for the Biophilia tour, we approached all the biophilia songs of course. Then she had the ideas to do some of her older songs, maybe 3 or 4 songs that could be arranged with hang.
When she asked for One Day, I indeed listenned to the MTV version, that was a semitone down from the album version which was better, because with the hang obviously I can’t do all the parts (beats, bass, sythns).
I had to keep the best working elements :
Some in the gamelan arrangements (which are from the 90’s), some from a few beats I grabbed a few from the album version and then I made my own version of it.
I played her 5 or 6 songs that I re-arranged with the hand and she choose : One Day, Possibly Maybe, Venus As A Boy (that we did only once).
On the new tour i’m doing some other songs as well. Older songs that she thinks works well for the instruments on the Vulnicura tour.

Tomorrow in Luxembourg... almost one gig every night... How do you manage with the tiredness ? How can you be musically fresh after 20 shows in one month ?

I like it for now, but I will not do this my whole life.

When do you leave tomorrow ?

6.30am.
It’s fine, I like to travel.

 
 
 

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50