Keyboards Recording

Volta - Sessions congolaises en Belgique

D’une curiosité insatiable, Björk poursuit, sur Volta, son travail de défricheuse. Avec Timbaland comme avec Konono N° 1, cette solitaire accompagnée ne craint pas les paradoxes. Et si c’était son secret ?

Keyboards Recording - Juin 2007 {JPEG}KR : Volta est votre troisième album depuis 2004. Pourquoi un rythme de travail aussi soutenu ?
Björk : En fait, je ne travaille pas tant que ça. Je ne crois pas aux longues heures de studio. J’ai toujours été comme ça. Déjà, à l’époque où je faisais partie d’un groupe punk, je ne comprenais pas l’idée de s’enfermer dans une salle de répétition huit heures d’affilée. Je venais passer une heure et je repartais pendant que les autres se débrouillaient avec leurs instruments. On n’a qu’une vie, et la passer cloîtrée dans un studio, c’est un peu... En fait, je me contredis, car je passe un temps fou sur l’editing. Quatre heures par jour en moyenne. Je peux aussi passer des semaines sur un titre pour ajuster un détail, même si je ne recherche pas la perfection. Medúlla, mon avant-dernier album, était un disque uniquement vocal, où la majorité des morceaux ont été enregistrés très vite. Mais sur Volta, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas forcée à garder les choses aussi crues.

Les sections rythmiques de Volta ont été créées après les chansons. N’y avait-il pas un risque de déstabiliser l’équilibre de vos compositions ?Non. Je procède de cette manière depuis treize ans. Je préfère travailler comme ça. Je suis une chanteuse et j’aime construire ma musique autour des mélodies et du contenu émotionnel de mes chansons. Quand les mélodies arrivent après les sections rythmiques, on aboutit à un type de musique totalement différent. Je préfère quand les mélodies arrivent en premier.

Comment avez-vous conçu les beats de Volta ?
Je n’ai pas conçu tous les beats de Volta. Ceux que j’ai créés ont été programmés sur Pro Tools. Chaque beat nécessite une approche différente. J’aime beaucoup travailler à l’opposé des méthodes employées par les groupes de rock traditionnels. Ils utilisent toujours les quatre ou cinq mêmes instruments et finissent par écrire la plupart de leurs chansons de la même manière. J’aime quand chaque chanson suit son propre cheminement et développe sa propre éthique de travail.

Volta comporte de nombreuses collaborations (Antony, Mark Bell, Konono n° 1, Chris Corsano...), mais aussi plusieurs titres avec Timbaland.
Je ne connaissais pas Timbaland, mais notre admiration était mutuelle. Il a samplé ma chanson « Jóga » il y a onze ans. Il en a refait un titre totalement différent et raconté un peu partout qu’il adorait « Venus As a Boy ». Il y avait des cordes indiennes dans ce morceau qu’il appréciait beaucoup. Peu après, des rumeurs de collaboration se sont mises à circuler. Il ne s’est jamais rien passé, mais je sentais que le moment était venu d’enregistrer un album complet de musique tribale uptempo. Au bout de trois heures de studio, on avait déjà écrit sept chansons. Je n’avais jamais travaillé à une vitesse pareille, et lui non plus. Après ça, Timbaland s’est impliqué dans le projet de Justin Timberlake, puis dans l’album de Nelly Furtado. Il devait partir au Japon pour des apparitions N et il n’avait pas beaucoup de temps devant lui. J’ai dû terminer les morceaux seule, ce qui était une bonne chose. J’étais très honorée qu’il me fasse confiance. Je ne crois pas qu’il ait déjà travaillé comme ça avec quelqu’un d’autre.

Avez-vous rencontré physiquement tous les invités de Volta ou avez-vous procédé par échange de fichiers ?
J’ai rencontré tout le monde, mais toutes ces collaborations n’ont pas forcément eu lieu dans un studio d’enregistrement. Je travaille avec mon Mac et je peux m’installer un peu partout. Volta a été enregistré dans une vingtaine de lieux différents. Des chambres à coucher, des bateaux, des chambres d’hôtel...

Les collaborations vont-elles devenir de plus en plus fréquentes sur vos prochains enregistrements ?
Je n’en sais rien... Je passe beaucoup de temps à écrire seule, et je dirais que 90 % de Volta résulte d’un travail en solitaire. J’ai passé très peu de temps en studio avec Antony et Timbaland, mais j’ai passé des semaines, des mois, dans une salle d’editing à réarranger leurs parties et à ajouter des instruments autour d’eux. J’ai beaucoup de chance de collaborer avec autant d’artistes, mais pour moi, ces collaborations doivent se faire sur un pied d’égalité. Il faut abandonner les ego. Mais je crois aussi que si ça fonctionnait toujours comme ça, mon album ne tiendrait pas debout. Je dois toujours passer beaucoup de temps à créer un squelette et des muscles pour que les collaborations s’appuient sur quelque chose de concret. J’ai toujours aimé les extrêmes. J’aime beaucoup la solitude, mais j’aime aussi travailler avec d’autres musiciens, quand nous nous rapprochons et que... (elle joint ses mains). Il me faut un peu des deux.

N. I.
Björk Volta (One Little Indian/Barclay/Universal)

Sessions congolaises en Belgique

Marc Hollander et Vincent Kenis, respectivement fondateur du label Crammed et découvreur/producteur de Konono N° 1, racontent la collaboration entre Björk et la formation congolaise.

Konono n°1 {JPEG}

Derek Birkett, patron du label One Little Indian, a pris contact avec Crammed pour proposer cette collaboration. Björk tenait absolument à faire jouer Konono N° 1 sur son album, et elle était prête à se rendre à Kinshasa. Elle connaissait bien évidemment leur album, qui a suscité beaucoup d’engouement au sein du public et des médias rock et électroniques, particulièrement aux USA et en Grande-Bretagne. Konono, par contre, ignoraient tout de Björk, mais ils ne se sont pas laissés impressionner : ils font la musique qu’ils ont toujours faite, depuis les années 70, et s’en tiennent à leur ligne conductrice. L’idée d’enregistrer a Kinshasa nous paraissant difficile à concrétiser, nous avons opté pour Bruxelles, au Studio Caraïbes, du 8 au 10 mai 2006. Björk est venue passer trois jours à Bruxelles, accompagnée de Derek Birkett, et de son ingénieur/programmeur Damian Taylor. Damian a travaillé en étroite collaboration avec Vincent Kenis, qui connaît bien la musique et le son de Konono puisqu’il a non seulement « redécouvert » le groupe mais a également enregistré, mixé et produit son album. Les membres de Konono avaient leurs instruments avec eux, mais pas leur amplification, nous avons donc emprunté de vieux amplis à lampes : un Bassman de 1963, un Showman de 1965, un très vieux Vox AC30. Les sessions se sont terminées par un festin dans un petit restaurant congolais du quartier populaire d’Anderlecht, avec Björk, Damian et Konono au complet. Les rapports furent chaleureux, mais la communication verbale est restée aussi indirecte qu’elle l’avait été tout au long de ces trois jours, puisque les échanges entre Björk et Mingiedi (le vieux leader de Konono) nécessitaient une double traduction, Mingiedi s’exprimant exclusivement dans un dialecte kikongo, tandis que son interprète parle le français mais pas l’anglais... La collaboration risque de se poursuivre sur scène, lorsque les agendas des uns et des autres le permettront : Björk a ainsi invité Konono N° 1 à assurer la première partie des trois concerts qu’elle donnait à New York début mai. »

publié dans Keyboards Recording - 01.06.2007

En lien avec...

 
 
 

Articles de la même année

 

2007

date
publication
titre
22.03.2007
Blender.com
27.03.2007
Les Inrockuptibles n°591
05.04.2007
XFM
17.04.2007
BrooklinVegan
18.04.2007
Rolling Stone FR
20.04.2007
Vibrations
21.04.2007
style.com
22.04.2007
The Observer
23.04.2007
lesinrocks.com
24.04.2007
Filter-mag.com
24.04.2007
drownedinsound.com
26.04.2007
Stylus.com
27.04.2007
The Guardian
27.04.2007
Music for robots
29.04.2007
NY Times
30.04.2007
Les Inrockuptibles n°591
30.04.2007
This is London.co.uk
30.04.2007
Metro uk
30.04.2007
Time off
01.05.2007
L’officiel
02.05.2007
TimeOut New York
04.05.2007
The Washington Post
04.05.2007
Hot Press
05.05.2007
The Telegraph
06.05.2007
New York Post
07.05.2007
Billboard
07.05.2007
AllMusic
07.05.2007
People Magazine
08.05.2007
Pitchfork
08.05.2007
Me-me-me.tv
08.05.2007
metromix.com
09.05.2007
BBC
10.05.2007
Le Figaro
11.05.2007
Les Inrocks2
12.05.2007
Sidney Morning Herald
14.05.2007
Magazine ELLE n°3202
25.05.2007
liberation.fr
31.05.2007
Bokson.net
01.06.2007
Keyboards Recording
07.06.2007
Spin Magazine
13.06.2007
Dummy Magazine
21.06.2007
telegraph.co.uk
01.07.2007
NightLife n°34
01.07.2007
remixmag.com
01.08.2007
Interview Magazine
13.08.2007
Fashion Rocks Magazine
23.08.2007
The List
01.09.2007
Mixte Magazine
04.09.2007
Q Magazine
09.09.2007
guardian.co.uk
10.09.2007
apple.com
17.09.2007
La presse (Quebec)
20.09.2007
Montreal Gazette
01.10.2007
Dazed & Confused n°54
01.11.2007
Harp Magazine